Colis suspects saisis dans le métro: Al Qaïda souhaite être dédommagée

1 Publié le 23/05/2012 par La Rédaction
Subway train of Paris

Les Parisiens ont l’habitude d’entendre cet avertissement sonore dans le métro « Par suite d’un colis suspect, telle station est fermée pour raison de sécurité ». Chaque année ce sont ainsi plusieurs centaines de colis suspects qui sont récupérés et détruits par les services de déminage. Néanmoins, Al Qaïda estime pour sa part que les colis suspects saisis, évitant ainsi de nombreux drames humains, représentent une perte non négligeable pour son image et son chiffre d’affaire et souhaite un dédommagement auprès de la RATP ainsi que la restitution des colis saisis.

La plupart des colis suspects sont créés dans les zones tribales afghanes avant d’être envoyés en France par diverses filières. »Nous apportons beaucoup de soin à la création de ces colis » explique Ali (1) responsable taliban qui possède son centre de recrutement et d’entraînement, non loin de Kaboul. « Chaque colis est préparé par des artisans locaux, nous donnons la chance aux jeunes. Aussi ils sont très impatients de voir partir leur colis dans les capitales occidentales capitalistes vendues au grand Satan américain »

Hélas, de nombreux colis sont saisis avant même leur expédition. Et sur place, la plupart de ceux qui sont posés dans le métro parisien sont détruits ou saisis par les services de police. « C’est scandaleux, tout ce travail pour rien, aucun respect pour l’application de celui qui a posé un minuteur, des heures de travail détruites en quelques secondes »

La RATP attaquée en justice

En réaction, les service juridiques d’Al Qaïda pourrait attaquer la RATP pour « monopole« ,  » destruction de biens » et demandera un dédommagement pour réparer le préjudice en terme d’image pour l’organisation terroriste. « Nous ne demandons pas qu’ils cessent la saisie de tous les colis, mais qu’ils en laissent quelques uns aller à leur but, je pense que nous trouverons un accord »

Pour de nombreux dirigeants d’Al Qaïda la politique très restrictive en matière de tolérance de colis suspect a provoqué une chute des bénéfices de plus 45% ces dernières années, sans parler d’une baisse en terme d’image. L’autre souci est que plus de 15% des colis suspects dans le métro n’ont parfois aucun rapport avec les colis suspects d’Al Qaïda « Nous souhaitons aussi une remise à plat des statistiques, nous ne souhaitons pas être relégués dans la même catégorie qu’un sac oublié au hasard »

Contactée, la direction de la RATP a refusé de répondre à nos questions.

(1) par raison de sécurité le prénom a été modifié

Pour le Service géopolitique

Basil Sangène

Mots clés : , ,
Publicité
Publicité