Japan Expo: Des « Free Hugs » désormais payants en 2013

20 Publié le 07/07/2012 par La Rédaction

Emblématiques de la culture « geek » et des rassemblements « cosplay », les » Free Hugs » pourraient devenir à long terme payants. C’est la formule à laquelle réfléchit l’organisation de la Japan Expo parisienne, confrontée à la crise. Après une phase d’expérimentations cette année durant la 13ème édition, la chose pourrait être étendue à toute la manifestation. Néanmoins, les habitués s’interrogent sur le bien-fondé de pareilles pratiques qui vont à l’encontre du symbole même du « Free Hug ». Reportage.

 

La crise et son cortège de nouvelles peu amènes viennent de frapper aux portes de la Japan Expo 2013, avec une nouvelle qui a étonné plus d’un participant, les premiers Free Hugs payants. Auparavant, symbole de fraternité et d’amitié au delà de toute prétention consumériste, les « Free Hugs » se trouvent aujourd’hui menacés par l’irruption de la crise dans le milieu culturel du cosplay.

Ainsi de nombreux cosplayeurs font désormais payer leur « Free Hugs », au grand dam des amateurs. « Je n’ai pas le choix« , explique l’un d’eux. « C‘est la crise, il faut réagir, si nous ne le faisons pas, c’est cette manifestation qui va disparaître« . Une initiative qui a choqué plus d’un participant de l’édition 2012. Pour eux on touche à un symbole. « Les Free Hugs c’est l’amour pour tous, c’est pas monnayable, c’est un symbole que certains essaient aujourd’hui de récupérer »

Mais pour Samuel, 17 ans (*) les « Free Hugs » payants c’est une très bonne chose. « Je le facture 5 euros la minute, je peux monter jusqu’à 10 euros parfois. C’est très rentable« . Ils sont tout un groupe à désormais faire payer le free hug. « Nous nous sommes partagés les travées pour que chacun ait sa place délimitée. Les bons jours, on peut monter jusqu’à plus de 200 euros en une journée, les moins bons, 100″. Et Samuel de rajouter « Je n’ai pas honte, je fais ce que je veux de mon corps, les gens viennent me faire des hugs de leur plein gré. »

Vers une généralisation du système?

Les organisateurs de la Japan Expo pourraient généraliser ce système en installant des « bornes de free hugs payantes » pour contrer le marché parallèle des free hugs payants qui commence à se mettre en place. Pour les analystes, ce changement dans le « free hug » était attendu. « Un système uniquement basé sur la gratuité et le volontariat n’a aucun avenir s’il n’est organisé et monnayé » explique l’un d’eux. « Oui le free hug était un symbole mais il doit s’adapter, le monde est en perpétuel changement, il doit opérer ce changement s’il veut perdurer« .

Son de cloche très différent chez les participants et cosplayeurs, fermement opposés à des free hugs payants. Julien 18 ans (*) se montre ferme « Nous allons continuer la gratuité, même si cela doit être au mépris des lois, nous continuerons à partager et distribuer les câlins » . Après l’Euro, la crise pourrait bien faire une nouvelle et symbolique victime.

(*) les prénoms ont été changés.

Mots clés : , , , ,
Publicité
Publicité