Dark Knight Rises: critique exclusive: un final très décevant

13 Publié le 18/07/2012 par La Rédaction

Dire que Dark Knight Rises était attendu au tournant est un euphémisme. Si Hollywood est inquiet du succès et de la qualité du film, les premières critiques françaises relativisent la portée du film. D’une manière générale, c’est la déception qui l’emporte, déception d’autant plus forte que l’attente était grande. Retour en quelques points sur ce […]

Dire que Dark Knight Rises était attendu au tournant est un euphémisme. Si Hollywood est inquiet du succès et de la qualité du film, les premières critiques françaises relativisent la portée du film. D’une manière générale, c’est la déception qui l’emporte, déception d’autant plus forte que l’attente était grande. Retour en quelques points sur ce qui est sans doute le chapitre le plus décevant de la trilogie Dark Knight de Christopher Nolan.

Des choix discutables

Pour beaucoup, ce qui ne passe pas c’est le choix d’Alfred, le fidèle majordome de Bruce Wayne en Robin, coéquipier de Batman. « C’est clairement à ce moment que j’ai commencé à avoir des doutes sur le film » explique un fan. Christopher Nolan n’a pas hésité à faire endosser le costume de super héros à un Michael Caine vieillissant. « Michael a pris beaucoup de plaisir dans ces scènes, il volait la vedette à Tom Hardy, et j’ai trouvé qu’il fallait que Alfred ait enfin la place qu’il mérite dans la trilogie. »

Mais de l’avis général, ce sont les dix premières minutes, entièrement en comédie musicale qui ont désarçonné les fans du justicier masqué. « Incompréhension » , « Affligeant » , « Désolant » , les commentaires ne manquent pas. « J’aime les comédies musicales, mais cela n’a pas sa place dans Batman » selon un autre fan. Warner défend les choix de son réalisateur bec et ongle « Christopher Nolan est un grand admirateur de Jacques Demy, il voulait lui rendre un hommage et c’est mérité » .

Outre cela,  fans et critiques regrettent que Batman ne soit pas plus mis en avant dans le film « On le voit à peine. Et quand il apparaît, il ne reste que dix minutes de film, tout ça pour délivrer un monologue sur fond blanc » se lamente un critique. Pour beaucoup, Christopher Nolan n’avait plus rien à raconter. « Je pensais qu’on avait touché le fond avec « Batman et Robin » (1997) mais en sortant de Dark Knight Rises, j’ai désormais de la sympathie pour ce film » a commenté un journaliste.

Publicité
Publicité