Nouvelle plainte de la mairie de Puteaux contre un blogueur qui critiquait la météo

6 Publié le 06/09/2012 par La Rédaction

Christophe Grébert, conseiller municipal opposant à la mairie de Puteaux de nouveau attaqué après un tweet où il critiquait la météo sur Puteaux fin août.

Christophe Grébert n’en a pas encore fini avec la justice. Après plusieurs procès en diffamation attentés par la mairie de Puteaux, dont le blog est la bête noire depuis des années, cette dernière plainte pourrait lui être fatale.  Le blogueur et conseiller municipal MODEM avait posté fin août sur son compte twitter une phrase critiquant de manière peu amène la météo à Puteaux. La commune a vivement réagi et a porté plainte pour la vingt septième fois en un mois pour « diffamation« .

« Un peu frais ce matin »

Farouche opposant à la mairie de Puteaux et du « système Ceccaldi » le conseiller municipal et blogueur Christophe Grébert se voit à nouveau attaqué en diffamation par le cabinet de la mairie de Puteaux pour avoir un posté un tweet « diffamant » sur son compte twitter fin août. Dans celui-ci, il note « Il fait un peu frais ce matin à #Puteaux, déjà la fin de l’été? ».  La mairie est immédiatement montée au créneau, estimant qu’une fois de plus le blogueur propageait de fausses informations dans le seul but de nuire à la maire de Puteaux, Joëlle Ceccaldi-Raynaud.

Pour la mairie, ce tweet était de nature à tromper les touristes. « Le temps était très agréable fin août à Puteaux, nous n’avons constaté aucune fraicheur, comme le prétend M. Grébert. L’activité  touristique aurait pu subir un lourd manque à gagner du fait de pareils propos ». Et de rappeler que la fin officielle de l’été est le 21 septembre et non fin août. 

Un trait d’humour

De son côté le conseiller municipal se défend et parle d’un trait d’humour mal interprété. »Je n’ai jamais voulu faire du tort à qui que ce soit, il s’agissait de faire un peu d’humour ». Lourdement endetté par ses précédents procès, il craint que ce dernier lui soit fatal. Le blogueur va demander l’aide de Météo France pour prouver son bon droit. Le feuilleton judiciaire ne fait peut-être que commencer.

Pour le service Justice

Le Gorafi

Mots clés : , , ,
Publicité
Publicité