P.S: inquiétude après une série d’adhésions de militants venus de l’UMP

6 Publié le 18/09/2012 par La Rédaction

Au siège des socialistes on semble s’inquiéter d’une arrivée massive de nouveaux adhérents. Des adhérents peu ordinaires puisqu’ils proviennent en majorité du camp adverse, l’UMP.

Mais que se passe t-il rue de Solferino? Alors que Harlem Désir prépare déjà la succession de Martine Aubry, au siège des socialistes on semble s’inquiéter d’une arrivée massive de nouveaux adhérents. Des adhérents peu ordinaires puisqu’ils proviennent en majorité du camp adverse, l’UMP. Récit

Un ralliement embarrassant

C’est une première dans le champ politique français. Près de 10 000 militants UMP ont depuis juillet rempli une demande d’adhésion au Parti Socialiste. Un transfert inédit dans l’histoire de la Ve République. Julien Lançon, 27 ans (l’âge a été modifié), fait partie de l’avant-garde UMP. Mais aujourd’hui, comme des dizaines d’autres milliers de personnes, il tente de rejoindre les socialistes. Il en explique les raisons : « Je pense qu’il y a en fait deux profils de transfuges. Ceux qui se rangent derrière le parti au pouvoir. Et ceux, dont je fais partie, qui trouvent une certaine continuité entre les deux partis et qui se reconnaissent, entre autres, dans une politique forte comme celle menée par Manuel Valls ».

A la direction du P.S, on nage en plein embarras. Guillaume Bachelay, futur n°2 du parti qui a rendu l’affaire publique explique les conséquences plutôt insolites de la situation : « On est obligé d’être en contact avec la cellule adhésion de l’UMP pour savoir quel parti recueillera les électeurs qui sont dans ce cas-là. On est d’ailleurs en train de réfléchir à la possibilité d’une double adhésion. Mais si ce dernier choix est retenu, alors toute nouvelle affiliation à un 3e parti sera, elle, sanctionnée » .

Verdict fin septembre

Pour arbitrer le dossier, une commission mixte composée de cadres des deux camps opposés se tiendra le 29 septembre pour statuer sur le sort de ces électeurs à cheval sur deux partis. En attendant, les quelque 10 000 indécis auront le droit, en accord avec les deux partis, de militer au sein des deux camps jusqu’à la date de la commission.

Le Gorafi

Publicité
Publicité