Un cortège de malades d’Alzheimer oublie le chemin de la manifestation et se perd

37 Publié le 09/10/2012 par La Rédaction

C’est une histoire saugrenue. Samedi dernier l’association France Alzheimer organisait à Paris une manifestation pour interpeller l’Etat. Le cortège, composé de 300 militants eux-mêmes atteints de la maladie d’Alzheimer est parti à 14H00 de la Bastille pour aller vers Nation. Mais très vite le défilé s’est égaré pour terminer sa course infernale 48H plus tard dans les Yvelines. Récit

C’est un commerçant des Yvelines qui a mis fin à leur folle chevauchée. Lionel est serrurier au Vésinet. Lundi midi il aperçoit la troupe de militants passer devant son enseigne. Très vite il intervient : « Je me suis dit qu’il y avait un truc qui n’allait pas. Ils étaient en train d’interpeller le Ministère de la Santé et je savais grâce aux infos qu’il était pas au Vésinet mais à Paris. Ça a peut-être joué mais la veille j’avais un ami qui habite à Malakoff et qui m’a raconté une scène du même genre. Alors quand la connexion s’est faite dans mon esprit j’ai appelé la police qui est intervenue dans la foulée.»

Deux heures après l’alerte lancée par Lionel, la police retrouve le cortège à Marly-le-Roi. Les forces de l’ordre se confrontent dans un premier temps à de l’hostilité. En effet les militants croient d’abord à une interpellation arbitraire et non justifiée. Les policiers, qui constatent la réticence des militants, mettent alors en place une nouvelle stratégie comme le raconte cet officier : « Pour éviter tout débordement qui aurait engendré des violences, nous nous sommes rabattus sur une tactique axée sur la communication. A chaque intersection routière nous avons placé un agent avec un panneau sur lequel se trouve une flèche indiquant la direction de la place de la Nation ».

Un cas qui pourrait faire jurisprudence

Cette tactique de la police s’est avérée payante puisque la manifestation s’est terminée avec 2 jours de retard là où elle avait prévu de le faire. Mais cet incident et la solution employée par les forces de l’ordre pourraient avoir des conséquences. La préfecture de Paris réfléchit actuellement à placer un CRS-guide en tête de cortège à l’occasion de la prochaine manifestation des malades d’Alzheimer.

Publicité
Publicité