Le Cloud affronte sa première tempête numérique

20 Publié le 15/10/2012 par La Rédaction

Après les bugs sur Facebook, un nouveau vent de panique agite Internet. Il semblerait que le Cloud traverse sa première vraie tempête numérique dans les prochaines heures avec des vents potentiellement violents. Un phénomène nouveau mais les experts se veulent rassurants. Analyse.

Dans les économies dématérialisées d’aujourd’hui, les entreprises utilisent de plus en plus le Cloud computing, une traduction de l’anglais nuage – concept consistant à déplacer sur des serveurs distants les traitements informatiques, afin d’alléger les infrastructures informatiques. Un système de stockage des plus utiles qui pourrait bien montrer ses limites. Selon les spécialistes, une forte perturbation devrait traverser le Cloud dans les prochains jours, pouvant causer de nombreuses perturbations aux utilisateurs.

« On avait envisagé un tel phénomène mais pas de la sorte. La pression est en train de baisser de manière spectaculaire dans certaines zones, il faut s’attendre à de forts vents accompagnés de précipitations importantes« .  L’évènement, bien que localisé sur l’Europe, pourrait durer plusieurs jours. « On s’attend à des dysfonctionnements dans les communications sur Internet mais nos équipes sont à l’œuvre pour s’assurer qu’aucune donnée ne sera endommagée » .

Un El Nino numérique

Les chercheurs travaillent actuellement sur un algorithme qui permettrait de fluidifier les traitements informatiques et donc réduire la surchauffe des machines, réduisant la force des vents au sein du Cloud. Les internautes restent néanmoins inquiets face à ce phénomène d’un genre nouveau « Une fois de plus ce qu’on a créé se retourne contre nous, juste retour des choses« , commente Samuel sur twitter.

Les experts informatiques, eux, se posent la question de la récurrence du phénomène. « À ce stade on ne peut pas parler d’un El Nino, nous n’avons pas un historique de données assez important pour prévoir sa récurrence, même si hélas les premières projections vont dans ce sens« , expliquent-ils.

Afin d’endiguer le phénomène, le chercheur Aloïs Wolke et son équipe conseillent aux entreprises et aux utilisateurs des réseaux sociaux de sauvegarder leurs données sur des supports physiques et d’attacher solidement les unités centrales au sol.

De notre envoyé spécial à Berlin

Publicité
Publicité