Jean-Marc Ayrault reste ferme : « Il n’y aura pas de recul de la fin du monde en 2013 »

33 Publié le 18/10/2012 par La Rédaction

Le Premier ministre tape du poing sur la table. Invité hier soir à la télévision, il a montré la plus grande fermeté sur la ligne de son gouvernement. Il en a donc profité pour arbitrer un des dossiers qui préoccupe le plus les Français. A savoir la fin du monde prévue pour le 21 décembre 2012. Sans surprise, Jean-Marc Ayrault confirme sa position. L’État ne repoussera pas la catastrophe en 2013. Analyse.

Le Premier ministre tape du poing sur la table. Invité hier soir à la télévision, il a montré la plus grande fermeté sur la ligne de son gouvernement. Il en a donc profité pour arbitrer un des dossiers qui préoccupe le plus les Français. A savoir la fin du monde prévue pour le 21 décembre 2012. Sans surprise, Jean-Marc Ayrault confirme sa position. L’État ne repoussera pas la catastrophe en 2013. Analyse.

Un gouffre économique

« Une décision qui serait aussi absurde que coûteuse » . Ces quelques mots du Premier ministre résument parfaitement la position du gouvernement et de François Hollande sur la question. Un recul de la fin du monde en 2013 serait pour la gauche au pouvoir un gouffre économique. Jean-Marc Ayrault l’a d’ailleurs répété à de multiples reprises hier : « Nous avons envisagé tous les scénarios possibles, et nous en sommes venus à la conclusion qu’un tel recul serait intenable au niveau du budget. Les travaux et actions que susciteraient une inversion du champ magnétique terrestre, le glissement dans un trou noir ou même une simple collision avec la planète Nibiru, engendreraient un coût astronomique. Ce qui plongerait notre pays dans peut-être 5 ou 10 années de crise supplémentaires ».

Une fois ces propos lancés, la droite a immédiatement réagi aux paroles du Premier ministre. Jean-François Copé s’est dit « navré par tant de laxisme politique propre aux gouvernements de gauche » . On peut comprendre le candidat à la tête de l’UMP car une telle décision du gouvernement pourrait très bien avoir des conséquences sur sa candidature à l’élection présidentielle en 2017. A la gauche de la gauche la colère se met aussi à monter. Philippe Poutou lance ce matin sur Twitter : « Et là l’austérité, on peut enfin en parler ou non ?! »

Enfin la dernière réaction est venue du Front National. Invitée sur RTL ce matin, Marine Le Pen a tenu a préciser la position de son parti sur le dossier : « C’est à la fois un geste honnête et une fuite en avant. La France ne peut sauver tous les autres pays de la Terre. Ça,  le gouvernement l’a bien compris. Il faudrait cependant qu’il réfléchisse à un plan d’action qui permette de sauver la France sans que les autres pays n’en tirent profit à notre insu » .

Un agenda serré

Il devrait sans doute y avoir une série de manifestations contre la fin du monde d’ici au 21 décembre. Même si les différents acteurs qui militent pour un recul obtenaient gain de cause début décembre, le calendrier politique lui, resterait tout sauf propice. Une telle mesure devrait alors être présentée en projet de loi et à l’Assemblée et au Sénat. Quand bien même le projet serait voté, il devrait encore passer par l’examen du conseil constitutionnel, et ce, pas avant le 22 décembre au moins.

Le Gorafi

Illustration: Flickr

Publicité
Publicité