Le gouvernement décide de rayer les années 80 des livres d’Histoire

45 Publié le 24/10/2012 par La Rédaction

Vincent Peillon a annoncé ce matin la totale suppression des années 80 des manuels scolaires. Le ministre a tenté de justifier une telle mesure par des raisons économiques mais aussi idéologiques. En effet le coût de l’enseignement de cette période serait bien trop élevé par rapport à l’intérêt social et artistique de cette même décennie.

« Nous devons nous rappeler de ce qu’ont été les années 80 », c’est par ces mots que Vincent Peillon a débuté sa conférence ce matin au Ministère de l’Education Nationale. Avant d’enchaîner : « Oui nous devons nous rappeler de ce qu’elles ont été pour mieux les oublier. Cette décennie a été, à bien des égards, la plus douloureuse que les français aient eu à vivre. Rappelez-vous : les coupes mulet, Début de Soirée, le phénomène des Pin’s, les épaulettes carrées, Jean-Pierre François, Rocky IV, les Musclés, et tant d’autres. Ne nous ont-ils pas fait suffisamment de mal pendant ces 10 ans ? N’est-il pas temps de tourner la page ? Ou plutôt de la déchirer et de la jeter à la poubelle ?»

Jean Pierre-Jean, historien et enseignant à Paris I, reste plus mesuré dans ses propos. Mais son constat reste quasi identique : « En tant qu’historien, j’ai par principe horreur de toute forme de négationnisme. Mais là il faut quand même reconnaître que les dégâts ont été considérables. Alors au sein du comité chargé de cette réforme, et dont je fais partie, nous essayons de trouver la meilleure solution qui soit. Nous terminerons sans doute l’année 1979 avec l’adoption de la loi Weil le 31 décembre pour reprendre directement le 11 février 1990 et la libération de Nelson Mandela ». Mais un tel changement dans notre histoire n’est pas sans conséquence, assure l’historien : « Nous sommes également en train de réfléchir à déplacer la date de la chute du mur de Berlin. C’est un évènement historique qui mérite tout de même d’être abordé ».

Grogne chez les artistes

Un collectif d’artistes de tous horizons s’est déjà formé pour s’opposer à la réforme. Dans ce collectif on retrouve bien sûr les stars qui ont fait vivre les années 80 : Jeanne Mas, Emile & Images, François Feldman etc… Ils qualifient tous cette décision politique de « crime culturel ». Ceux du camp d’en face leur renvoient l’argument. Un bras de fer qui devrait durer jusqu’à la fin de l’année au moins. Le film « Stars 80 » de Frédéric Forestier qui sort ce mercredi ne devrait en rien arranger l’affaire. Un long-métrage avec Richard Anconina. De quoi apporter un argument de plus aux anti-80.

Publicité
Publicité