Les Restos du cœur s’adaptent à la crise et entrent en bourse

13 Publié le 13/11/2012 par La Rédaction

Croissance, chômage, pouvoir d’achat… Tant de termes bien connues en ces temps de crise économique. Même des secteurs moins prépondérants et moins médiatisés sont touchés : c’est le cas du milieu associatif. Les Restos du Cœur, fondés en 1985 par Coluche, subissent les effets de la crise, doivent donc s’adapter, et s’attellent à des changements pour le moins surprenants.

Croissance, chômage, pouvoir d’achat… Tant de termes bien connus en ces temps de crise économique. Même des secteurs moins prépondérants et moins médiatisés sont touchés : c’est le cas du milieu associatif. Les Restos du Cœur, fondés en 1985 par Coluche,  subissent les effets de la crise, doivent donc s’adapter, et s’attellent à des changements pour le moins surprenants.

Du foie gras au menu ?

Première conséquence de la crise aux restos du cœur : de nouveaux bénéficiaires qui profiteront des quelques trois millions de repas distribués cet hiver. En effet, les fermetures d’entreprises et l’appauvrissement général de la population mènent  pour la première fois des personnes jadis aisées sur le chemin des repas chauds des Restos du Cœur. Gilles, ancien directeur commercial d’une PME iséroise, fermée depuis le mois de mars, nous confie son inquiétude : « Je suis coutumier des déjeuners d’affaires. J’ai beaucoup voyagé, je suis passé par de nombreux restaurants, et mes habitudes culinaires en sont sorties changées. Aujourd’hui au chômage, je peine à trouver la même qualité dans les supermarchés discount. Mes espoirs se tournent naturellement vers les Restos du Cœur ».

Contacté par la rédaction du Gorafi, un bénévole de l’association nous confirme l’ampleur de cette nouvelle demande. « Nous recevons d’innombrables courriels de personnes inquiètes quant à la qualité des repas distribués. Nous en avons pris bonne note et envisageons de profonds changements » Ainsi, l’arrivée au menu du foie gras et du caviar est tout à fait envisageable : « On y travaille. C’est un gros changement, difficile à mettre en place, mais financièrement réalisable »

Vers une introduction en bourse

La question du financement d’une telle évolution semble déjà résolue pour les cadres de l’association. Le Président des Restos du cœur a dévoilé ce matin dans un communiqué de presse l’introduction en bourse imminente du capital de son association. Un moyen pour les Restos d’accroître leurs ressources financières de manière considérable. « Nous devrions être en mesure de lever entre 800 et 820 millions d’euros au moment de l’introduction en bourse, qui devrait se conclure en décembre prochain.» De quoi passer l’hiver au chaud. Le Président effectue de même un appel du pied aux investisseurs « Ironiquement, nos titres sont d’ores et déjà une valeur sûre en ces temps de crise. Plus de pauvres, plus d’activité. L’action Restos du cœur s’annonce être un excellent remède anti-crise » Tous les experts s’accordent en effet à dire que les retours sur investissements ont toutes les chances de se révéler positifs. De quoi balayer les incertitudes soulevées tant par l’éthique que l’incertitude du marché : la chute de l’action facebook est dans tous les esprits.

Le Gorafi


Publicité
Publicité