La Gauche se déchire sur la meilleure façon d’exploiter la pagaille à l’UMP

7 Publié le 19/11/2012 par La Rédaction

Alors que l’UMP s’enfonce irrémédiablement dans la crise, cette pagaille fait plusieurs heureux. Outre le FN et l’UDI, un des bénéficiaires de cette cacophonie est sans conteste le Parti socialiste et surtout le gouvernement. Un gouvernement et sa majorité fortement divisés sur la façon d’exploiter le plus rapidement possible cette crise inespérée. Reportage.

Alors que l’UMP s’enfonce irrémédiablement dans la crise, cette pagaille fait plusieurs heureux. Outre le FN et l’UDI, l’un des bénéficiaires de cette cacophonie reste sans conteste le Parti socialiste et surtout le gouvernement. Un gouvernement  et sa majorité fortement divisés sur la façon d’exploiter le plus rapidement possible cette crise inespérée. Reportage.

« Depuis 1965, jamais la Gauche n’a eu autant l’avantage sur la droite »

Ce constat sans appel est signé par un membre du cabinet du Premier ministre qui a préféré rester anonyme. Un avis qui est partagé dans la majorité et au gouvernement : la pagaille à l’UMP est une chance incroyable pour le gouvernement dont le Premier ministre est en perte de vitesse. « On reste très attentifs, ça peut encore s’inverser et l’UMP peut très bien réussir à s’en sortir, cela serait le pire  scénario » commente-t-on dans les couloirs des ministères. Pour d’autres, il faut frapper maintenant, et fort. « Nous avions de nombreux projets, notamment d’austérité ; c’est fantastique nous allons pouvoir tout utiliser sans inquiétude » dit-on au ministère de l’Economie.  Avec une UMP aux prises avec sa lutte des chefs, le gouvernement a les coudées franches pour enfin faire passer ses projets.

Au parti socialiste on reste philosophe. « Nous avons des dizaines de communiqués rédigés, prêts à être envoyés aux médias » . D’autres demandent la clémence et ne souhaitent pas polémiquer. « Nous avons vécu un épisode similaire avec le Congrès de Reims. Respectons nos adversaires, respectons la douleur des militants de voir leur parti se déchirer. Même si c’est absolument génial ce qui arrive, franchement » .

Le gouvernement a bien compris qu’il avait là un boulevard totalement inespéré. Profitant du fait que l’attention du public est toute entière tournée vers l’affrontement entre Jean-François Copé et François Fillon, Jean-Marc Ayrault a annoncé ce matin dans l’indifférence générale toute une série de mesures impopulaires, comme l’augmentation de 172% du pass Navigo, la retraite à 65 ans, la création de six nouveaux aéroports et un nouveau taux de TVA à 28% applicable dès la semaine prochaine.

Le Gorafi

Illustration: Wikicommons / TouN

Publicité
Publicité