Prisonnière des flammes elle dicte aux pompiers des statuts Facebook

27 Publié le 22/11/2012 par La Rédaction

C’est une de ces histoires à dormir debout. Celle de Cécilia, une jeune femme de 23 ans prise au piège lors d’un incendie dans son immeuble de Cavaillon. Très vite les pompiers arrivent sur place et tentent de pénétrer dans son appartement en train de s’effondrer sous la chaleur des flammes. Quelle n’est pas leur surprise quand, à travers la porte d’entrée bloquée par le plafond qui s’est effondré, ils entendent la femme appeler au secours. Un appel à l’aide plutôt insolite puisqu’elle demande tout simplement aux secouristes de poster pour elle des statuts sur Facebook. Récit.

CAVAILLON – C’est une de ces histoires à dormir debout. Celle de Cécilia, une jeune femme de 23 ans prise au piège lors d’un incendie dans son immeuble de Cavaillon. Très vite les pompiers arrivent sur place et tentent de pénétrer dans son appartement en train de s’effondrer sous la chaleur des flammes. Quelle n’est pas leur surprise quand, à travers la porte d’entrée bloquée par le plafond qui s’est effondré, ils entendent la femme appeler au secours. Un appel à l’aide plutôt insolite puisqu’elle demande tout simplement aux secouristes de poster pour elle des statuts sur Facebook. Récit.

Des statuts en tous genres

« C’est la première fois que je vois ça dans toute ma carrière de sapeur-pompier » . Thierry faisait partie de l’équipe qui est intervenue sur le lieu du sinistre. Même après 25 ans passés au service de la caserne de Cavaillon, aujourd’hui il reste encore interloqué par l’attitude de la jeune femme au moment des faits : « Quand on est arrivé sur place, on a constaté que l’accès à son domicile était bloqué. On a donc essayé d’établir un contact avec la personne qui vivait à l’intérieur. Elle nous a très vite répondu mais nous a imploré d’écrire pour elle des messages sur Facebook. On a essayé de lui faire comprendre que la gravité de la situation était légèrement plus importante que son envie. Mais elle n’arrivait pas à entendre raison ».

Les minutes passent. La jeune femme n’en démord pas : elle veut à tout prix que les pompiers écrivent plusieurs messages sur son « Mur ». Face à l’obstination de la victime et à l’urgence de la situation, les secouristes cèdent finalement. Cécilia communique alors son login et son mot de passe pour Facebook et se met à dicter une dizaine de messages. Parmi lesquels des statuts directement en rapport avec l’incendie dans lequel elle se trouve alors, comme : « Hey ! Salut à tous. Gros incendie chez moi. Suis prisonnière des flammes. Désolée si j’peux pas répondre à vos messages. LOL ! » ou encore « Ce moment gênant où ton appart prend feu et où t’es en pyjama Hello Kitty pour accueillir les pompiers ».

Alors que les pompiers font tout leur possible pour la dégager de l’incendie, la jeune femme les implore également de poster d’autres informations moins en rapport avec l’évènement : « Qui a vu le dernier épisode de Homeland ? C’est sérieux la fin ??!!! » mais aussi : « Yo ! J’ai une cousine qui cherche un appart’ sur Paris. Plan pas trop cher. Si vous avez des pistes, merci de me contacter en MP ».

Quelques minutes plus tard, les pompiers parviennent finalement à sortir Cécilia des flammes. 24 heures après cet incident, la jeune rescapée est encore sous le choc : « Je leur avais pourtant dit de poster une photo du repas qu’ils m’ont offert ensuite via Instagram. Ils l’ont complètement oublié ! » .

Le Gorafi

Publicité
Publicité