Notre-Dame-des-Landes : Vinci remporte le contrat de reconstruction des cabanes des opposants

7 Publié le 11/12/2012 par La Rédaction

Alors que le juge des référés vient d’ordonner la destruction des cabanes sur le site qui doit accueillir l’aéroport Notre-Dame-des-Landes, les opposants contre-attaquent. Ils annoncent que le marché de la reconstruction des cabanes vient d’être remporté par le groupe Vinci, pour des cabanes plus solides et moins faciles à démonter. Reportage.

Alors que le juge des référés vient d’ordonner la destruction des cabanes sur le site qui doit accueillir l’aéroport Notre-Dame-des-Landes, les opposants contre-attaquent. Ils annoncent que le marché de la reconstruction des cabanes vient d’être remporté par le groupe Vinci, pour des cabanes plus solides et moins faciles à démonter. Reportage.

Guerre des nerfs

Nouvel épisode dans la bataille judiciaire et militante entre pro et anti-aéroport Notre-Dame-des-Landes près de Nantes. Le juge des référés vient d’autoriser la destruction des cabanes sur le site du prochain aéroport. Les opposants ne désarment pas pour autant et annoncent que le marché des reconstructions des cabanes a déjà été remporté par le groupe Vinci, une société impliquée aussi dans la construction de l’aéroport. Une annonce qui crée des remous jusque dans les rangs des plus farouches opposants à l’aéroport.

“Nous avons voulu des cabanes plus solides mais aussi respectueuses de l’environnement. Nous avons étudié plusieurs propositions, de la manière la plus transparente possible. Le groupe Vinci avait la meilleure offre qualité prix et surtout écologie” explique Julien Boissard, un des responsables sur le terrain. “Le groupe Vinci est très honoré de ce choix, nous espérons répondre aux attentes suscitées” a pour sa part commenté le président directeur général de Vinci Xavier Huillard.

Mais la nouvelle ne fait pas que des heureux. Ainsi de nombreux militants s’estiment trahis. “Oui il va nous falloir de nouvelles cabanes, plus résistantes mais pourquoi Vinci, c’est un non sens”. Juliette, 21 ans, est plus mesurée :”Nous sommes tous ici pour résister aux capitalistes bétons de Vinci mais si on peut avoir des cabanes plus propres et moins humides, alors pourquoi pas”. La direction de Vinci a pour sa part présenté un premier calendrier : le début des travaux débutera dès que les démolitions ordonnées par la justice auront commencé. “Nous nous concentrons sur un premier bâtiment de 7 étages, le reste des tours sortira de terre dès l’an prochain”. La bataille des cabanes ne fait peut-être que commencer.

Le Gorafi

Illustration : Llann Wé² / wikicommon

Publicité
Publicité