Il meurt d’épuisement après avoir regardé des vidéos de chats pendant 8 jours

65 Publié le 19/12/2012 par La Rédaction

PARIS- La passion pour les vidéos de chats va-t-elle trop loin ? C’est la question que pose ce tragique fait divers. En Ile-de-France, un jeune homme de 20 ans est décédé la semaine dernière d’un accident vasculaire cérébral. Un AVC dit « d’épuisement ». Le décès est survenu après qu’il a regardé en continu pas moins de 193 heures de vidéos de chats sur Internet. Le verdict de l’autopsie du corps semble sans appel : c’était un con.

Cinq jours après le drame, les autorités ont procédé à des analyses ainsi qu’à une autopsie complète de Rémi Pernas, la jeune victime de cette affaire. Devant des journalistes qui s’étaient déplacés en masse, le procureur de Paris, François Molins, a dévoilé les premiers éléments de l’enquête : « Nous avons analysé le corps du défunt, et après examen, nos services sont formels. Tous les éléments à notre disposition aujourd’hui laissent à penser qu’il s’agirait d’un con. Ce qui expliquerait pourquoi et comment il en est venu à regarder autant de vidéos de chats. Nous continuons notre investigation et vous tiendrons au courant des avancées. »

Dans la famille de Rémi Pernas, décédé mercredi dernier, la tristesse est proportionnelle au choc vécu. Sa mère, Françoise, ne parvient pas à sécher ses larmes depuis le matin où elle a découvert le corps sans vie de son fils, gisant au pied d’un écran d’ordinateur diffusant la fameuse vidéo « Nyan Cat ». Pour la première fois depuis cette tragédie, elle parle : « Je savais que mon fils était un peu con et qu’il aimait bien regarder des vidéos de chats. Moi-même ça me fait rire de temps en temps. Un chat coincé dans une boule de hamster, un chat au regard diabolique ou même de simples Lol Cats…Mais je ne le pensais pas assez con pour en regarder autant et mourir aussi honteusement. Après ce qui vient d’arriver, à vrai dire, je ne sais pas si je dois en vouloir aux gens qui ont fait ces vidéos de chats ou tout simplement à mon fils et à sa profonde stupidité ».

L’affaire Rémi Pernas est révélatrice d’une pratique qui peut s’avérer mortelle mais aussi d’un vide juridique international. En France comme partout dans le monde, aucune loi n’encadre la production, la diffusion et la consommation de vidéos de chats. Une absence de cadre juridique sur laquelle certains pays ont toutefois décidé de se pencher. C’est notamment le cas de la Norvège et du Danemark, traditionnellement en pointe sur les questions d’éthique numérique. Pour l’instant, rien de concret. Nous savons juste que les parlementaires des deux pays ont mandaté des commissions pour évaluer les risques de vidéos de chats sur la santé. Côté français, le CSA semble bien dépassé par le problème. A  tel point qu’aucun membre de l’institution n’a souhaité répondre à nos questions sur le sujet.

Un phénomène global ?

La grande question que fait naître cette histoire se résume en quelques mots : s’agit-il d’un simple fait divers ou d’une tendance de fond ? Des chercheurs en neurosciences avancent que les vidéos et images de chats provoqueraient de profonds et irréversibles dommages sur le cerveau humain. Mais ces petites vidéos amusantes qui sont devenues en quelques années un phénomène culturel incontournable d’Internet ne seraient pas les seules en cause. Certaines études indiqueraient même que les fails, trolls, mèmes et autres fakes pourraient très bien être tout aussi dommageables pour notre esprit.

Le Gorafi

Publicité
Publicité