L’Edito du 24/12/12 Le Problème de la Province

5 Publié le 24/12/2012 par La Rédaction

Cette semaine Jean-François Buissière s’interroge sur le rapport des gens avec la province.

Chaque année s’opère la fameuse migration des départs en vacances, sans qu’encore aujourd’hui, on ne puisse expliquer pourquoi. Pourquoi tous ces gens se précipitent-ils hors de Paris comme si un danger les menaçait ?

Parfois, de ma fenêtre des bureaux du Gorafi, j’observe les allées et venues des voyageurs autour de la gare Montparnasse. Chaque année, j’observe le même triste spectacle de ces gens qui courent après leur train. Le stress, la peur de le rater, autant de facteurs qui vont vous gâcher cette période de fêtes. Mais pourquoi partez-vous ? Pourquoi ce besoin de s’entasser dans des compartiments bruyants avec femmes et enfants en bas âge, et parfois sur de longs trajets (là où l’avion est un excellent supplétif même sur de courtes distances)?

Que cherchez-vous ? L’aventure ? Le dépaysement ? L’inconnu ? Je veux bien comprendre que l’on ait encore des attaches en des lieux, mais il arrive un moment où il faut grandir. Ces gens, là-bas, ont eu leur chance. En revenant les voir, vous entretenez l’illusion que vous pensez encore à eux, que vous vous inquiétez pour eux. Alors oui, vous allez leur raconter la vie parisienne, les transports en commun, l’électricité, Internet. Mais au fond, vous leur faites plus de mal qu’autre chose.

Laissez-les, et pensez un peu à vous. Repartir en province, c’est comme ces moments d’introspection nostalgique. C’est rassurant, réconfortant. Mais ça n’apporte rien. Au contraire. Cela vous rend plus vulnérable. Soyez plus forts que ça. Allez de l’avant. Cessez de vouloir vous accrocher à un passé qui n’existe plus. Alors, peut-être, vous comprendrez.

Jean-François Buissière
Jean-François Buissière est président du Directoire du Gorafi.

 

Publicité
Publicité