Face à la pression, le Vatican concède un passage sur Google dans la Bible

10 Publié le 07/01/2013 par La Rédaction

Sa grandeur a-t-elle une limite ? Google, le géant américain du net a remporté le bras de fer qui l’opposait depuis 1 mois à l’Église catholique. Hier, le pape a enfin accepté de revisiter l’Ancien Testament et en particulier le chapitre sur la Genèse du monde. Le Vatican a en effet consenti à insérer un bref paragraphe sur le célèbre moteur de recherche à l’intérieur de la Bible. Une décision prise sous la pression de Google qui menaçait de ne plus référencer la religion catholique sur son moteur. Reportage

Sa grandeur a-t-elle une limite ? Google, le géant américain du net a remporté le bras de fer qui l’opposait depuis 1 mois à l’Église catholique. Hier, le pape a enfin accepté de revisiter l’Ancien Testament et en particulier le chapitre sur la Genèse du monde. Le Vatican a en effet consenti à insérer un bref paragraphe sur le célèbre moteur de recherche à l’intérieur de la Bible. Une décision prise sous la pression de Google qui menaçait de ne plus référencer la religion catholique sur son moteur. Reportage

La menace de la non-indexation

« Ne pas être référencé sur Google, aujourd’hui ça équivaut à une petite mort, à un chemin de croix peut-être même pire que celui vécu par le Christ ». Voilà comment un évêque français anonyme explique à sa façon la décision du Vatican. Et l’homme d’Église de renchérir : « Benoît (XVI) n’avait pas le choix. La sanction de Google aurait été trop violente. Alors, il a dû céder et accepter de modifier un chouïa les saintes écritures. »

Du côté de Google, on nie toute forme de pression en évoquant plutôt un partenariat gagnant-gagnant. Bill Echikson est porte-parole de Google en Europe : « Nous voulons simplement rajouter un paragraphe qui nous parait légitime au regard de notre apport à l’histoire de l’humanité. Cela permettra aussi au Vatican de montrer que l’Église est tournée vers l’avenir et les nouvelles technologies. »

Un passage qui serait formulé ainsi selon la porte-parole de Google : « Dieu dit encore : Que naisse un moteur de recherche si puissant qu’il déterminera le savoir jusqu’à la fin de ce monde. Un outil si puissant qu’il devra rester dans mon secret pendant des milliers et des milliers d’années. Et ce moteur se nommera Google. C’était le sixième jour».

Cette modification devrait en tout logique décaler de 24 heures l’épisode de la création de l’homme qui se verrait donc relégué au 7e jour. Google a également demandé à ce que la création des êtres terrestres soit reformulée de la façon suivante : « Et le 7e jour, devant la beauté de ce moteur de recherche si parfait, Dieu, dans sa bonté, décida de créer des êtres capables d’en profiter. Ainsi il créa l’homme en fin de semaine.»

Le Gorafi

Publicité
Publicité