Après 9 ans de cavale, le groupe Tragédie se rend enfin aux autorités

269 Publié le 15/01/2013 par La Rédaction

Près d’une décennie qu’ils fuyaient. Daniel Guiro alias Silky Shaï et Thierry Zo Nirina Rakotomanga alias Tizy Bone se sont finalement rendus à la police française hier dans la journée. Les deux complices qui formaient le groupuscule de RnB Tragédie ont décidé de mettre fin à leur cavale qui avait débuté en 2004. A l’époque, la France avait obtenu un mandat d’arrêt international contre les deux chanteurs après la sortie de leur deuxième single. Reportage.

C’est hier en fin d’après-midi que Silky Shaï et Tizy Bone se sont présentés à l’ambassade de France de Caracas au Venezuela. Une reddition que les deux fugitifs ont tenu à expliquer à la presse : « Cela faisait 9 ans que nous nous cachions. Neuf longues années sans voir nos familles, à fuir comme des fantômes sans pouvoir rentrer chez nous, sans parler à ceux que nous aimons. Je crois qu’aujourd’hui on est juste fatigués d’être des fuyards. »

Pour eux, les choses sérieuses commencent en septembre 2003. Alors qu’ils collaborent ensemble depuis 5 ans déjà, les deux chanteurs décident de passer à l’action radicale et sortent un premier album éponyme baptisé Tragédie. Un premier single « Hey oh » sort dans les bacs. De nombreuses victimes sont touchées : douleurs auditives, saignement des oreilles et dépression nerveuse sont les symptômes les plus courants.

Vient ensuite, début 2004, un second single et le désormais funeste « Sexy pour moi » fera autant, voire plus de victimes que « Hey oh ». La volonté de Tragédie semble désormais claire et limpide : nuire. Tizy Bone revient sur cette période : « A l’époque, je crois qu’on en voulait au monde entier. On voulait que les gens souffrent. On ne voulait pas juste les tuer ou les blesser. On voulait qu’ils soient aussi détruits psychologiquement. Et dans ce but, le RnB nous est apparu comme la meilleure des voies. »

Face aux ravages musicaux de Tragédie, le Ministère de l’Intérieur, alors piloté par Nicolas Sarkozy, ordonne l’arrestation des deux malfaiteurs. Mais Silky Shaï et Tizy Bone sont déjà loin. En février 2004, ils s’envolent direction l’Amérique du Sud. La France obtient alors un mandat d’arrêt international pour viol musical via Interpol. Mais rien n’y fait. Les services de police de la région perdront définitivement toute trace d’eux jusqu’à hier.

Un procès à venir sous haute tension

Les deux chanteurs-danseurs du groupe Tragédie devraient en toute logique être jugés en France d’ici quelques mois. Une association de familles de victimes s’est déjà constituée partie civile. Plusieurs millions de personnes pourraient être concernées par leurs exactions passées. S’ils sont les premiers chanteurs de RnB à être jugés de la sorte, Silky Shaï et Tizy Bone ne sont en revanche pas les premiers à prendre la fuite. Quelques mois avant eux, Willy Denzey et Matt Houston avaient également décidé de quitter la France pour éviter d’être arrêtés puis jugés pour les mêmes raisons.

Le Gorafi

Illustration: Warner Music

 

Publicité
Publicité