Mali : L’armée française reconnaît avoir bombardé les milices islamistes avec des DVD du film Turf

25 Publié le 04/02/2013 par La Rédaction

C’est peut-être la face sombre de cette guerre. Alors que l’intervention de la France au Mali semblait exemplaire, des accusations venant des islamistes maliens portent le discrédit sur les méthodes des forces françaises. En effet, ces dernières sont accusées d’avoir volontairement bombardé les positions des islamistes avec des milliers de copies du dernier film de Fabien Onteniente, Turf, dont la sortie en France est prévue le 13 février.

C’est peut-être la face sombre de cette guerre. Alors que l’intervention de la France au Mali semblait exemplaire, des accusations venant des islamistes maliens portent le discrédit sur les méthodes des forces françaises. En effet, ces dernières sont accusées d’avoir volontairement bombardé les positions des islamistes avec des milliers de copies du dernier film de Fabien Onteniente, Turf, dont la sortie en France est prévue le 13 février.

Maintenir leur engagement

C’est le colonel Thierry Burkhard qui a confirmé l’information ce matin. Lors d’une conférence de presse, il a reconnu que l’armée française avait bien agi de la sorte : « Oui, nous avons bien eu recours à ce type d’armement. Notre tactique était dans un premier temps d’éliminer une partie des ennemis avec l’objet même, c’est-à-dire les DVD. Et dans un deuxième temps, le but était que les survivants du bombardement regardent le film en question. L’effet attendu et en fin de compte produit était de semer la pagaille dans leurs troupes. C’est une technique de guerre à mi-chemin entre l’artillerie et la propagande. »

L’opération aurait été montée en collaboration avec l’armée malienne, qui était prévenue des zones de bombardements à éviter, mais aussi le réalisateur Fabien Onteniente, qui a accepté en exclusivité de diffuser son film avant sa date de sortie en France. Un geste commercial qu’il explique lui-même : « C’était un moyen pour moi de montrer mon soutien au peuple malien. On dit souvent qu’un film ne peut pas changer le monde. Et bien là, je crois que le contraire a été démontré. En plus, dans la mesure où ce n’est qu’au Mali et que la sortie de Turf dans l’hexagone n’est pas remise en cause, je n’y vois aucun problème. »

Les droits de l’homme bafoués ?

Depuis cette déclaration, de nombreux observateurs se sont indignés d’un tel procédé. L’ONG Human Rights Watch parle d’une « profonde violation des valeurs que la France affirme soi-disant défendre au mali ». Bernard Kouchner, ancien ministre des affaires étrangères a également réagi : « C’est une méthode au moins aussi cruelle que le recours aux mines anti-personnelles ou aux sous-munitions ».  De son côté, choqué par un tel aveu, Ban Ki-Moon, secrétaire général de l’ONU a assuré que de telles exactions feraient l’objet d’une surveillance accrue par les Nations Unies à l’avenir. Mais c’est surtout la communauté scientifique qui s’émeut de telles pratiques. Selon de nombreux chercheurs, les séquelles laissées par le film seraient bien plus importantes que celles laissées par une arme chimique.

Le Gorafi

Illustration: @ C.R

Publicité
Publicité