Un adorable chaton n’éprouve aucune émotion pour la guerre en Syrie

39 Publié le 07/02/2013 par La Rédaction

Sa propriétaire se dit embarrassée, ceux qui croisent sa route, indignés. Hermione, 6 mois, ne semble présenter strictement aucune empathie pour la guerre civile qui ronge la Syrie depuis mars 2011. Pas une seule prise de position, pas un mot de soutien pour l’un des deux camps, pouvoir en place ou rebelles. Une absence totale d’intérêt bien anormale alors que les médias du monde entier s’émeuvent de ce qui se passe dans le pays de Bachar el Assad. Portrait.

Sa propriétaire se dit embarrassée, ceux qui croisent sa route, indignés. Hermione, 6 mois, ne semble présenter strictement aucune empathie pour la guerre civile qui ronge la Syrie depuis mars 2011. Pas une seule prise de position, pas un mot de soutien pour l’un des deux camps, pouvoir en place ou rebelles. Une absence totale d’intérêt bien anormale alors que les médias du monde entier s’émeuvent de ce qui se passe dans le pays de Bachar el Assad. Portrait.

Une absence totale d’empathie

Le poil fin, un visage mignon tout plein et une irrépressible envie de jouer, rien dans l’apparence d’Hermione ne laisse deviner la froideur de son esprit. Cette petite boule de poils qui adore s’amuser avec une plume ou simplement se rouler par terre est en fait d’une indifférence au conflit syrien à vous glacer les os. Depuis sa venue au monde en août dernier, le félin n’a pas manifesté une seule expression de sensibilité alors qu’à l’instar de tous les Français, il a accès à toutes les informations disponibles sur le conflit.

Catherine, sa propriétaire qui habite à Colombes (92), ne sait plus quoi faire. Personnellement touchée par le sort des civils syriens, elle oscille entre le respect du libre arbitre et la déception quant à l’attitude de sa chatte : « Je ne comprends pas comment elle fait pour ne rien ressentir. La semaine dernière, je regardais un reportage sur un nouveau massacre de 80 jeunes syriens à Alep. Eh bien, elle est venue se coller à la télé et elle s’en fichait complètement. » Et la quinquagénaire de continuer : «  Des fois, j’ai envie de la réprimander mais je me dis que c’est un être vivant comme un autre et qu’elle est libre de penser et de dire ce qu’elle veut. Après tout, nous sommes bien dans le pays des droits de l’Homme. »

Une attitude de mépris qu’Hermione a décidé d’adopter au quotidien, préférant continuer à dormir plus de 15 heures par jour, fuyant les débats houleux sur la question en se réfugiant dans sa litière. Mais le comportement du chaton en agace plus d’un. A commencer par Vincent, le voisin de palier de Catherine : « Si vous voulez tout savoir, moi je trouve ça indigne d’agir de la sorte. C’est quand même des dizaines de milliers de morts dont on parle là. J’aime Catherine. C’est une voisine très gentille. Mais si j’avais été à sa place, ça ferait bien longtemps que j’aurais filé ce chat à la SPA. »

Un épiphénomène ?

L’histoire d’Hermione et de sa propriétaire aurait très bien pu rester dans la case faits divers si d’autres témoignages inquiétants n’étaient pas venus y apporter un nouvel éclairage. Car depuis un an environ, les histoires de ce genre surgissent en masse dans les médias. C’est notamment le cas de Frédéric qui s’exprimait dans le journal Le Monde en février dernier. Un reportage poignant où il tentait de comprendre pourquoi son ficus faisait preuve d’une telle indifférence face à la sortie du dernier album de Christophe Hondelatte.

Le Gorafi

Illustration :  w-ings / iStock

Mots clés : , , , ,
Publicité
Publicité