Lionel Messi met en faillite la compagnie nationale de gaz argentine

8 Publié le 15/02/2013 par La Rédaction

C’est un geste commercial qui tourne mal. En décembre 2011, la compagnie Enarsa, société nationale argentine de pétrole et de gaz, propose un curieux deal à ses usagers : réduire d’1% leur facture de gaz à chaque but de Lionel Messi. Une offre qui était à l’origine censée attirer de nouveaux clients. Mais c’est là que l’histoire tourne mal. Car le jeune footballeur argentin, qui évolue au FC Barcelone et en sélection nationale, a explosé tous les records sur l’année 2012, plongeant ainsi Enarsa dans un gouffre économique. Reportage.

C’est un geste commercial qui tourne mal. En décembre 2011, la compagnie Enarsa, société nationale argentine de pétrole et de gaz, propose un curieux deal à ses usagers : réduire d’1% leur facture de gaz à chaque but de Lionel Messi. Une offre qui était à l’origine censée attirer de nouveaux clients. Mais c’est là que l’histoire tourne mal. Car le jeune footballeur argentin, qui évolue au FC Barcelone et en sélection nationale, a explosé tous les records sur l’année 2012, plongeant ainsi Enarsa dans un gouffre économique. Reportage.

Des factures de quelques pesos

« Ma facture a baissé de 91% pour l’année dernière. C’est une bénédiction ! » Javier est aux anges depuis qu’il a reçu la note qu’il devait régler à Enarsa. Grâce aux 9 buts de Messi avec l’équipe nationale et à ses 82 goals inscrits avec Barcelone, Javier n’aura à sortir que quelques dizaines de pesos  pour régler sa facture. Aujourd’hui, il savoure l’intuition qu’il a eue il y a un peu plus d’un an : « Je le savais. J’étais chez un fournisseur privé mais je sentais que c’était vraiment l’année de Messi. Alors, j’ai changé d’opérateur. On peut dire que j’ai eu du nez ! »

Juan Medellin est porte-parole d’Enarsa. Lors d’une conférence de presse tenue hier matin, le visage défait, il a rendu public ce fiasco commercial : « Avec près de 25 millions d’usagers dont toutes les factures sont revues à la baisse de 91%, cela signifie tout simplement la fin d’Enarsa. »

Le représentant de la société a ensuite étalé la mesure principale que comptait prendre son employeur : « Afin de surmonter cette crise, nous allons donc revérifier la validité de chacun des buts de Lionel Messi car certains nous paraissent pour le moins litigieux. Ceci n’est pas une remise en cause de son talent mais une simple vérification des critères présents dans le contrat que nous avons passé avec nos usagers. »

Un risque inconsidéré

Ce qui est en train d’arriver à la compagnie Enarsa aurait pu être évité de bien des manières selon les experts économiques. Grégoire Deslandes est analyste financier dans un cabinet de consulting : « On ne propose pas une telle offre promotionnelle basée sur les performances de Messi. En plus, s’ils avaient été malins, ils auraient regardé ce qui se passe ailleurs dans le monde et ça les aurait calmés. Notamment avec ce qui s’est passé en Jamaïque avec Wooden Cross, 2e compagnie productrice de bois qui avait lancé une offre semblable basée sur chaque centième de seconde gagné par Usain Bolt et qui se retrouve aujourd’hui sur la paille.»

Le Gorafi

Illustration : Flickr/Globovisión

 

Publicité
Publicité