Les députés pourraient continuer à débattre sur des lois au cours des prochains mois

23 Publié le 18/02/2013 par La Rédaction

Paris – Après plusieurs semaines de débat sur le mariage pour tous, les députés on pris goût au débat dans l’enceinte du parlement. Certains proposent même de se réunir à nouveau pour débattre au sujet d’autres textes de loi, et ce tout au long de l’année.

Paris – Après plusieurs semaines de débat sur le mariage pour tous, les députés on pris goût au débat dans l’enceinte du parlement. Certains proposent même de se réunir à nouveau pour débattre au sujet d’autres textes de loi, et ce tout au long de l’année.

Une conséquence bien insolite du long débat autour du mariage pour tous qui a occupé parlementaires et internautes pendant plusieurs semaines. Ainsi, de nombreux députés ont fait état de leur volonté de faire d’autres débats sur d’autres textes de loi. Pour beaucoup, l’Assemblée Nationale serait l’endroit idéal pour débattre. « Il y a de la lumière, du chauffage, les bancs sont assez confortables et la salle est assez grande pour faire entrer tous les députés » estime Jean-Jacques Urvoas (PS). « Nous allons réunir le groupe de la majorité et voir ce que nous pouvons faire, puis entamer des discussions avec les autres groupes parlementaires ».

Du côté UMP, même son de cloche, mais on reste prudent. « C’est quelque chose qui pourrait être intéressant sur le long terme, mais il va falloir trouver les idées sur lesquelles nous allons débattre » constate Hervé Mariton. « Nous avons réussi à faire ce texte de loi, mais pourrons-nous faire de même sur d’autres? » s’interroge-t-il. « C’est peut-être une fausse bonne idée. Il ne faut pas oublier que ce qui a marché une fois peut très bien ne pas fonctionner une seconde fois ».

Hervé Mariton suggère en outre de procéder à des élections de type Législatives pour renouveler les députés présents « Cela évitera qu’un seul groupe politique reste en majorité et favorisera l’’alternance. Nous attendons une réponse du gouvernement. ». Pour certains, ceci pourrait même préfigurer le prochain texte de loi qui sera discuté à l’Assemblée.

Le Gorafi

Publicité
Publicité