Toulouse : Celui qu’on considère comme le pape de la plomberie démissionne à son tour

10 Publié le 18/02/2013 par La Rédaction

Le plombier Jean-François Peyrat a pris lundi le canton entier de Nailloux, près de Toulouse, au dépourvu en annonçant sa démission fin février , au motif qu’il n’a « plus les forces » pour diriger sa société en raison de son âge avancé de 55 ans. Reportage.

Le plombier Jean-François Peyrat a pris lundi le canton entier de Nailloux, près de Toulouse, au dépourvu en annonçant sa démission fin février , au motif qu’il n’a « plus les forces » pour diriger sa société en raison de son âge avancé de 55 ans. Reportage.

Dans une courte annonce sur le site internet de sa société Jean-François Peyrat a dit être « parvenu à la certitude que ses forces, en raison de l’avancement de son âge, ne lui permettent plus d’exercer de façon adéquate le métier » de plombier. Jean François Peyrat a fait son annonce sans emphase, en discutant avec des consommateurs au café sur la place du village, à la surprise générale. « Le plombier nous a pris un peu par surprise » a reconnu le propriétaire du café.

La démission de Jean-François Peyrat n’est pas une décision inédite dans l’histoire de la plomberie. En 1954, André Bredoteau, plombier à Auragne, une commune proche, avait démissionné, affirmant lui aussi être trop âgé. La société avait alors été reprise par son plus jeune fils. D’autres plombiers ont quitté leur charge de leur vivant. « C’est quelque chose d’assez courant mais qui semble ne pas concerner uniquement les plombiers. Il y a de nombreuses catégories socio-professionnelles qui sont touchées et ce dans toute la France » commente un journaliste de la Dépêche du Midi.

Pourquoi aujourd’hui? « La réponse logique est qu’il rencontrait d’autres plombiers à l’occasion d’un colloque sur la rénovation des canalisations dans la région », a répondu au Gorafi Jean-Gille Bredeau, directeur de l’Observatoire Toulousain de la Plomberie. Ses dernières années, Jean-François Peyrat a été confronté à un grave scandale d’abus dans la plomberie. « Certains n’hésitaient pas à gonfler leur facture, cette affaire a touché tout l’arrière-pays toulousain » raconte un proche. L’an dernier, il avait aussi dû faire face à un scandale de fuites en raison de canalisations défectueuses.

Les réactions à cet évènement ne se sont pas faites attendre. Pour beaucoup, celui qu’on appelait « le pape » de la plomberie laisse un grand vide. « Il va beaucoup manquer, ça a été difficile pour lui par moment mais il savait toujours dépanner les gens » raconte un habitant. Le maire de Nailloux a offert ses « remerciements » et ses « prières » au «pape de la plomberie », disant avoir « apprécié le travail effectué pour la communauté ».

Le Gorafi

Illustration : iStock

Publicité
Publicité