Un homme se rappelle avec nostalgie le modem 56k

28 Publié le 19/02/2013 par La Rédaction

« C’était mieux avant ». Beaucoup pensent cela à propos d’un tas de phénomènes. C’est le cas de Laurent, 27 ans. Le jeune homme, qui habite Paris, se dit envahi par une vague de mélancolie. Un spleen de ses années passées. Pour lui, le regret s’installe petit à petit et aujourd’hui, il regarde son enfance avec nostalgie. Les années collège, l’insouciance de l’adolescence. Mais plus que tout, c’est son bon vieux modem 56k qui lui manque.

« C’était mieux avant ». Beaucoup pensent cela à propos d’un tas de phénomènes. C’est le cas de Laurent, 27 ans. Le jeune homme, qui habite Paris, se dit envahi par une vague de mélancolie. Un spleen de ses années passées. Pour lui, le regret s’installe petit à petit et aujourd’hui, il regarde son enfance avec nostalgie. Les années lycée, l’insouciance de l’adolescence. Mais plus que tout, c’est son bon vieux modem 56k qui lui manque.

Une mélodie unique

« Pour moi, c’est une forme et une couleur vive ». Les yeux embués, Laurent se replonge dans de vieilles images de l’époque où il vivait encore chez ses parents à Meudon: « On avait un modèle Olitec bleu foncé. On aurait dit une brique. Aujourd’hui, je pourrais le reconnaître entre mille.»

Mais ce qui a frappé Laurent plus que tout, c’est le son de ce modem. Un bruit qui a marqué toute une génération, raconte-t-il: « La tonalité du téléphone, les numéros qui se composent et toute cette succession étrange de bruits électroniques. Des fois, quand je vais au travail en bus, je me repasse sur mon Ipod des sons de connexion du modem 56k. Je retombe alors immédiatement en enfance. C’est un peu ma Madeleine de Proust à moi.»

Mais la nostalgie de Laurent va bien au delà du simple objet. Alors qu’il se rapproche doucement de la trentaine, il dit ressentir comme un manque, celui d’une époque, d’un mode de vie quasiment: « Aujourd’hui, tout va trop vite. Avant, on prenait au moins le temps de regarder une page se télécharger. Maintenant, avec le haut débit et la fibre optique, on vous donne tout, instantanément. On a perdu le sens du mot patience.»

Cette réminiscence du modem 56k semble réveiller chez Laurent toute une panoplie d’autres souvenirs aussi joyeux que douloureux. Parmi eux, l’existence du logiciel de partage Napster a une place toute particulière : «Nom de Dieu, c’que c’était long de downloader une seule chanson mais on était tellement content quand on l’avait au bout de 45 longues minutes».

La Rédaction

Illustration: azndc / iStock

Publicité
Publicité