A la recherche de sa correspondance à Châtelet, il vit dans le métro depuis 17 ans

81 Publié le 21/02/2013 par La Rédaction

Touristes de passage dans la capitale ou simples parisiens, certains d’entre vous l’ont peut-être déjà croisé. Charly Weber, 49 ans, vit dans l’immense station de métro-RER de Châtelet les-Halles depuis bientôt 17 ans. Ce Strasbourgeois d’origine était à la base venu à Paris pour de simples vacances. Un séjour qui s’est transformé en une interminable errance quand celui-ci a dû prendre une correspondance à cette station dans laquelle il survit depuis. Portrait.

« Est-ce que cette ligne 7 existe vraiment ? »

Les traits amaigris, la barbe hirsute et les yeux dans les étoiles qu’ils espèrent revoir un jour. Charly a tout du naufragé. Son histoire commence comme celle de n’importe quel usager du métro. Un trajet plus ou moins confortable, puis la nécessité d’effectuer un changement. Pour Charly, qui souhaitait se rendre Place Monge, cela passera par une correspondance en gare de Châtelet. Une correspondance que jamais il ne trouva.

Nous sommes en janvier 1996. Charly se perd donc dans ce nœud inextricable de couloirs. Aujourd’hui il se souvient de cet instant où il est devenu un naufragé des transports en commun : « Au début, je croyais devenir fou. Je ne trouvais pas le chemin. J’ai essayé toutes les routes possibles mais à chaque fois, je me retrouvais au même endroit. Aujourd’hui, j’en viens même à douter : est-ce que cette ligne 7 a réellement existé? »

Depuis ce jour de janvier 96, pour Charly, c’est la survie : « Au bout de 2-3 mois, j’en ai eu assez de chercher. Je n’avais plus la force. Alors, il a bien fallu se résigner et essayer de continuer à vivre le mieux possible ». Et le survivant de décrire son quotidien : « Je me nourris avec ce que les gens jettent dans les poubelles. Ils gâchent tellement. Pour ce qui est de l’hygiène, je me lave grâce à quelques arrivées d’eau qui se trouvent ici et là. Enfin, pour la distraction, il reste les marchands de journaux. Je leur vole quelques revues de temps en temps. »

Dans l’espoir d’un sauvetage

Cette routine, Charly la vit donc depuis 17 ans. Même s’il a renoncé à trouver toute correspondance, il nourrit tout de même l’espoir d’un possible sauvetage : « Depuis que je me suis perdu, à chaque fois que je demande le chemin, personne ne m’aide. On est à Paris après tout… Mais je crois tout au fond de moi qu’un jour quelqu’un passera pour me sortir de là ou simplement pour me donner un plan des lieux. Alors, évidemment, quand je songe à cette idée, je me demande si j’arriverai à retourner à une vie normale après tout ça. »

La Rédaction

Illustration : iStock

Publicité
Publicité