Sondage : les tarifs des psychanalystes à l’origine de 81% des guérisons

25 Publié le 26/02/2013 par La Rédaction

Les héritiers de Freud en pleine tourmente. Une étude commandée par la Société Française de Psychologie démontre que pas moins de 96% des français qui ont essayé un jour la psychanalyse disent avoir guéri de leurs maux grâce à ce type de thérapie. Mais plus étonnant encore, parmi eux, près de 8 personnes sur 10 disent avoir surmonté leurs problèmes non pas grâce à leur thérapeute mais davantage grâce à leurs tarifs, parfois dissuasifs. Décryptage

Pascal est ébéniste. Il y a 1 mois, à la suite d’un divorce qui l’a profondément meurtri, il a souhaité suivre une thérapie. Mais très vite, un choix s’est imposé à lui : « 40 euros par séance, au rythme d’une séance par semaine, c’est un gouffre financier ! J’ai pas les moyens de payer ça. Alors je m’y suis pris tout seul, comme un grand. J’ai réfléchi sur moi-même, sur mon enfance et mes traumatismes et petit à petit, je me suis guéri. Mais cette guérison n’aurait jamais pu avoir lieu si le tarif de mon psychanalyste n’avait pas été aussi élevé. » Depuis cette expérience, Pascal dit ne jamais s’être senti aussi bien dans vie.

Pour Myriam Loucot, psychologue et maître de conférence à Paris VII, ce type de réaction est tout à fait logique : « On observe chez ces anciens patients un comportement identique. Quand ils sont confrontés au besoin de se soigner et donc de suivre une thérapie, ils procèdent tous à une sorte de processus de rationalisation » Et la clinicienne d’expliquer : « Ils mettent sur la  balance ce que leur coûte leur pathologie et le prix d’une série de consultations chez un psychanalyste et logiquement, ils pensent que leur maladie leur coûte trop cher. En tout cas trop cher à guérir à l’aide d’un tiers. Et ils se mettent à se soigner tous seuls. »

Si ce chiffre de 81% de guérison paraît pour le moins énorme, les premiers concernés, à savoir les psychanalystes, tentent, eux, de relativiser l’information : « Ce type de guérison est malheureusement de nature provisoire. Les personnes retrouvent certes un équilibre psychique mais cela ne dure qu’un temps. » confie Serge Rudeczko, praticien de Grenoble. « Il est donc nécessaire de faire une véritable thérapie avec un professionnel. Et généralement, sur du très long terme, 15-20 ans, afin de déraciner totalement les causes de la souffrance. » tient-il également à préciser.

L’ombre de Freud

Pour cette autre psychanalyste, cette étude ne vient que confirmer la voie ouverte par Sigmund Freud : « C’est quand même bien la preuve que la psychanalyse peut guérir ! Peu importe comment, ce qui compte ce sont les résultats. Après tout, Freud insistait bien pour que ses patients payent chaque séance en liquide afin qu’ils prennent conscience de la notion d’échange. Le fait de mettre un prix plus ou moins élevé n’est qu’une autre technique au service du client. Cela devrait servir de leçon aux détracteurs de notre discipline. »

La Rédaction

Illustration : selimaksan/iStock

Publicité
Publicité