Découverte d’un algorithme permettant de calculer le degré de stupidite des tweets et statuts Facebook

43 Publié le 11/03/2013 par La Rédaction

Gare aux messages envoyés à la hâte sans réfléchir ! Deux informaticiens du célèbre Massachusetts Institute of Technology (MIT) ont mis au point un outil numérique qui pourrait révolutionner le monde des réseaux sociaux. En effet, ils ont découvert un algorithme numérique qui permettrait de manière certaine d’évaluer la stupidité des messages postés par les internautes sur Facebook et Twitter. Une découverte qui pourrait bien avoir des débouchés commerciaux. Reportage.

Gare aux messages envoyés à la hâte sans réfléchir ! Deux informaticiens du célèbre Massachusetts Institute of Technology (MIT) ont mis au point un outil numérique qui pourrait révolutionner le monde des réseaux sociaux. En effet, ils ont découvert un algorithme numérique qui permettrait de manière certaine d’évaluer la stupidité des messages postés par les internautes sur Facebook et Twitter. Une découverte qui pourrait bien avoir des débouchés commerciaux. Reportage.

Une analyse multifactorielle

Dan Quigley, 38 ans, professeur d’informatique au MIT et son élève, Sergueï Zaïev, affirment pouvoir de manière irréfutable calculer le degré de stupidité des tweets et statuts Facebook. Pendant 3 ans, ils ont élaboré Find Dumb People (FDP), un algorithme qui se saisit d’un message et le décortique suivant une liste de critères bien précis.

Parmi ces critères, certains paraissent évidents comme le souligne Dan Quigley : « Nous prenons en compte un tas de facteurs. Cela peut aller de la qualité de l’orthographe à l’excès de ponctuation comme lorsqu’un internaute met 7 points d’exclamation à la suite. Nous avons également décidé de tenir compte du recours systématique à des acronymes comme « LOL », « MDR » ou encore « YOLO ». L’utilisation fréquente de smileys comme « : ) » n’est pas non plus écartée. »

Le contenu même des tweets et autres statuts est bien évidemment analysé grâce à une base de données de milliers de points de vue et d’opinions hiérarchisés selon des critères dits qualitatifs (originalité et cohérence de la pensée). Les messages des internautes sont donc évalués relativement à cette grille de lecture qualitative.

Dan Quigley et son élève ont ensuite mis au point une échelle d’évaluation de la stupidité comme l’explique Quigley : « Nous avons choisi d’utiliser un barème classique allant de 0 à 10. Zéro étant une réflexion extrêmement pertinente sur un phénomène ou un fait de société, et dix étant un message repoussant les limites de la stupidité comme « Nan mais vous avez vu Nabila ??!!! LOL : ) ».

C’est lors des premiers tests de leur algorithme que les deux chercheurs se sont aperçus d’une différence de taille entre les deux géants des réseaux sociaux que sont Twitter et Facebook : « Du fait de sa fameuse contrainte de 140 caractères qui ne facilite pas une réflexion solidement construite, Twitter reste tout de même le réseau social privilégié pour retrouver des messages pouvant facilement obtenir des notes allant jusqu’à 8-9, parfois 10 » décrypte Dan Quigley.

Sûr à 99%

Quigley et Zaïev disent leur algorithme ‘’infaillible’’ : « Pour vérifier le taux de pertinence de FDP, nous avons soumis plus de 10 000 statuts et tweets à des philosophes, logiciens et autres  experts afin qu’ils évaluent la stupidité de ces messages postés sur les réseaux sociaux. Et nous avons constaté que 99,9% des messages évalués comme stupides par FDP étaient également jugés stupides par les experts en tous genres que nous avons sollicités.»

Bien que cette découverte soit pour l’instant strictement utilisée dans un cadre scientifique, de nombreuses sociétés de conseil en Marketing se sont déjà déclarées « extrêmement intéressées » par ce nouvel outil qui pourrait potentiellement les aider à « cibler de manière plus efficace la clientèle des entreprises.»

La Rédaction

Illustration: Logos Facebook et Twitter – DR

Publicité
Publicité