Révélation sur le véritable rêve fait par Martin Luther King

42 Publié le 14/03/2013 par La Rédaction
Martin_Luther_King_Jr_NYWTS_6

C’est peut-être un mythe qui s’effondre. Celui d’un discours devenu légendaire et prononcé par Martin Luther King en 1963 à Washington D.C. Un discours célèbre où le célèbre pasteur défenseur des droits civiques a lancé ces quelques mots rentrés dans l’Histoire : « I have a dream… » (‘’Je fais un rêve’’). Seulement voilà, selon de récents témoignages, le militant des droits de l’homme aurait effectivement fait un rêve la nuit précédant son discours. Mais ce rêve serait sans aucun rapport avec celui décrit devant la foule quelques heures après.

C’est peut-être un mythe qui s’effondre. Celui d’un discours devenu légendaire et prononcé par Martin Luther King en 1963 à Washington D.C. Un discours célèbre où le célèbre pasteur défenseur des droits civiques a lancé ces quelques mots rentrés dans l’Histoire : « I have a dream… » (‘’Je fais un rêve’’). Seulement voilà, selon de récents témoignages, le militant des droits de l’homme aurait effectivement fait un rêve la nuit précédant son discours. Mais ce rêve serait sans aucun rapport avec celui décrit devant la foule quelques heures après.

Un rêve avec des dragons et des épées

C’est Jerry Mills, un ancien ami et collaborateur de Martin Luther King qui a rendu publique cette face secrète de l’Histoire. Dans un entretien accordé au New York Times, l’homme aujourd’hui âgé de 84 ans confie  : « Martin est venu me voir le matin du 28 août. Il m’a dit « Jerry, j’ai fait un rêve. Je volais à dos de dragon avec une épée magique qui dégageait une lumière  dorée. » Au début je n’ai pas compris où il voulait en venir. Puis il a continué : « J’ai combattu des hordes de méchants sorciers puis après d’un coup comme ça, je me suis transformé en dauphin et je nageais et bondissait hors de l’eau avec tous mes amis dauphins. »

Alors que le pasteur noir continue de décrire son rêve à Jerry Mills, ce dernier sent venir le problème : « Il continuait à me raconter son rêve dans lequel il était devenu aussi grand que l’Empire State Building après avoir mangé un morceau de fromage. Puis c’est là qu’il a dit : « Jerry, ce rêve est de loin l’expérience la plus intense et la plus incroyable que j’ai jamais vécue. Et je veux que ce rêve devienne celui des Etats-Unis. »

Mills tombe alors littéralement des nues. Celui qu’il considère jusque là comme un modèle insiste violemment pour parler de son rêve à la foule censée se rassembler devant le Lincoln Memorial quelques heures plus tard. Mais Jerry Mills décide alors de prendre les choses en main : « Je lui ai dit « Martin tu débloques complètement ! Tu peux pas te pointer devant ces milliers de personnes et leur dire que ton rêve pour le pays, pour eux, c’est un rêve avec des épées magiques et des dauphins. »

Après 2 heures de tractation, Jerry Mills parvient finalement à raisonner le célèbre pasteur baptiste. Avec un autre membre du staff il entreprend alors de retravailler le discours prévu par Luther King : « Je trouvais que l’idée du rêve était quand même pas mal alors j’ai décidé de la garder. Et avec un stagiaire de l’équipe on a écrit un nouveau rêve pour la nation. Mais on a plutôt axé le discours sur les notions de foi, de justice et d’espoir pour que les gens se sentent un peu plus concernés que par le rêve original de Martin. »

Le pire évité

Cinquante ans après les faits, Jerry Mills regarde cet épisode avec une certaine légèreté, même s’il se souvient d’avoir évité de justesse la catastrophe : « On est passé à deux doigts de la crise ! Heureusement que Martin m’en a parlé avant car s’il l’avait caché et fait ce discours comme il le souhaitait au départ, ça aurait tout simplement abouti au naufrage. Tous ceux qui le suivaient auraient déserté notre cause et il serait entré dans l’Histoire par la mauvaise porte. »

La Rédaction

Photo: Wikicommons

 

Publicité

42 avis éclairés

83

Tehla 28/08/2013

Le plus flippant, c’est quand il a terminé son discours par : « And now, I am dreaming ! ». Je n’ose même pas imaginer ce qu’il a pris juste avant.

100

Minette 28/08/2013

Je ne crois qu dr king un homme occupé avait le temps de raconter ses rêves durant la nuit.

88

Ronflant 28/08/2013

Ce sont des inepties, en tant que narcoleptique je m’insurgesfdddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddd

95

Le drap de dessous 28/08/2013

Mensonge ! Je sais de quoi il a rêvé cette nuit là et, pour tout vous dire, je m’en souviens encore !

99

laura lapel 16/03/2013

Michael Bay serait déjà sur un flim tiré de ce rève. J’ai hâte !

    96

    Vince 28/08/2013

    Et ce n’est pas un flim sur le cyclisme !

      91

      Derrick vous mange froid 30/08/2013

      Cyclimse*

        94

        Orain Outain 14/03/2015

        C’est si trite

100

booboo 15/03/2013

J’en apprend tout les jours avec ce site. Martin Luther King était un pasteur ???

J’ai toujours pensé qu’il était un disciple d Elvis le King ?????

101

LUCIE 15/03/2013

vous êtes de grands malades ! entre celui là et celui du pilote narcoleptique je pleure de rire !

98

Ouvrage.net 15/03/2013

Il faut chercher Jerry Mills en mettant des  »  » sur machin moteur de recherche #lol

103

Jerome 15/03/2013

Je confirme cette information, je viens de demander à Martin et il m’a dit que c’était vrai. Il m’a aussi dit qu’il avait participé à une caméo durant la post-production de Very Bad Trip 3.

103

Tinmar 14/03/2013

Tout cela ressemble étrangement à une histoire de Martin Matin…

97

Comment ? 14/03/2013

Mais comment peut-on écrire de pareilles inepties ? J’ai bien cherché et ce Jerry Mills n’existe pas ! Renseignez-vous avant de publier de fausses informations ! Hoaxbuster peut être un bon début, par exemple.

    103

    HOOOO 14/03/2013

    T’es mignon mais t’es un tout p’tit breton..

    92

    nalaf 15/03/2013

    Fichtre, la CIA a déjà eu le temps d’étouffer l’affaire.

    99

    davyka 15/03/2013

    notre jeunesse ne croit plus en rien. Aaaaah, qu’il est loin le temps regretté des Martin King et des Jerry Mills !!!

    86

    Kin Jang Un 15/03/2013

    Jerry Mills habite à Pyong-Nyang, d’ou il écrit mes discours.

    95

    Lool 22/03/2013

    Mais comment peut-on demander: comment écrire de pareilles inepties lorsqu’on ne lit même pas l’adresse du site sur lequel on commente :p

100

Modeste 14/03/2013

Le stagiaire en question était mon oncle. Et je profite de cette surprenante tribune pour dénoncer l’omerta sur l’ensemble de sa production littéraire! Non seulement il a écrit ce discours (et tous seul jerry Mills picolais au bar de l’hôtel pendant ce temps) mais il fut aussi l’auteur de:
-la déclaration des droit de l’homme
-La Torah, la bible (T1 et T2) et le coran
-L’appel du 18 juin
-Les pelles des 18 joints
-Le discours de Dakar
-Le pot de départ à la retraite de Marcel, OS chez caterpilar,
-Le Wasah, Allo quoi et gan gnam style
-Le « au revoir » de Giscard
-Le « 14 juillet: Rien » de Louis XVI
-L’ensemble des vannes de Ruquier (même s’il a honte)
-Le « casse toi pov con » (le premier, le deuxième étant un plagia),
-L’ensemble des œuvres d’Alain Minc, BHL et les onomatopées de Rocco Siffredi,
-Tiens voila du boudin,
Et j’en passe!

Aujourd’hui mon oncle vit dans une caravane sous la neige en Normandie. Il ne sait pas skier. Il n’a absolument rien toucher pour ces écrits. Il pense que stagiaire est sa condition humaine voulut par Dieu.

Je ne vais pas le voire souvent car il me déprime mais si vous pouviez avoir un peut de reconnaissance ça me permettrais d’y aller encore moins.
Merci de votre compréhension.

    98

    nalaf 14/03/2013

    Oh il a dû toucher des trucs pour les plus anciens (les meilleurs), mais vu les amendes qu’il s’est pris avec les suivants, passibles de crime contre l’intelligence humaine, voire contre l’humanité en général, il a effectivement tout perdu avant d’en avoir vu la couleur.

      95

      Modeste 14/03/2013

      Certes, j’ai découvert il y a peut qu’il avais récupéré un paquet de chips a moitié pleins à la soiré de Marcel. Je crois qu’il dort mal depuis, n’ayant pas les moyens de réparer sa faute.

    93

    Orior 14/03/2013

    Je dénonçais dans mon précédent avis éclairé, l’exploitation des stagiaire, mais je constate que j’ai sous-estimé la chose. Vous bénéficiez de mon plus complet soutien dans ce combats pour la justice et la reconnaissance des errements du passé.

    90

    commodore staff 14/03/2013

    mince un stagiaire pour le rien de louis XVI j’en perd la tete.
    apres enquete il aurait apparement participe au fameux « c’est un petit pas pour l’homme »

    soutient a cet homme dont le talent sera jamais reconnu

      88

      Modeste 14/03/2013

      Oui, selon ma cousine qui l’assistais à l’époque, Amstrong aurais du s’en tenir à la trompette et au vélo car l’ivresse de l’altitude lui aurais fait subir un renvois d’EPO et il aurais lâcher « C’est pas l’homme qui est petit, c’est si bon de lire l’Humanité ».
      Heureusement que c’était en léger différé et mon oncle a remis tous ça dans un ordre un peut plus convenable (Les américains ce méfiais énormément de Pif le chien à l’époque!)

96

Orior 14/03/2013

Un discours écrit par un stagiaire ? Encore une fois, on a utiliser un stagiaire pour les basses oeuvres. Je pense qu’in faut profiter de cette révélation pour dénoncer l’exploitation odieuses des stagiaires par les déifferents services. Ils font le travail en sous main et ensuite, ce sont les responsables, sous les feux des projecteurs qui récoltent les lauriers.

Cette pratique d’exploitation, n’a que trop duré !Il faut en finir au plus vite avec ces pratiques dégradantes !

    96

    Modeste 14/03/2013

    Je propose pour palier à cette situation difficile vue que:

    a: Les stagiaires sont pas ou peut payé
    b: Que cela pourrais durer le temps d’une carrière,

    Que

    1- On leurs offres le gite et le couver sur place (prêt des toilettes par souci de praticité),
    2- On leurs permette de copuler ensemble à la condition que leurs progénitures reprenne leurs charges,
    3- Qu’ils puissent passé leurs retraite dans les bureaux de la secu, tout au moins la nuit, l’hiver,
    4- Une réduction de 15% a la machine à sandwichs et de 17% à celle à café (Voire un Mc Do par mois gratuit quand notre pays retrouvera de façon solide la prospérité)

    J’espère n’être pas trop bisounours en proposant ces avancées social, tout ceci restant, bien sur, une base de négociations, toutes objections et aménagements du patronat sera bien sur prit en compte.

      110

      commodore staff 14/03/2013

      belle proposition mais honnement je pense que tu vise trop haut pour le mcdo par mois je dirai un par an

        95

        Modeste 14/03/2013

        Oui vous avez certainement raison et de plus je viens de me rendre compte que Mc Do ne livre pas, ce qui les obligerais à sortir et certaines âme vicieuse pourrais imaginer ne pas rentrer. Donc: Une pizza 4 fromages pour 5 par ans! Ça vous parais convenable?
        PS:Le faite de donner une pizza pour 5 et mieux que pour 6. Même si cela peut paraitre un gaspillage cher et inutile, ça permettrais a certains de couper des parts plus grosses que d’autres ainsi donner une hiérarchisation a moindre frais canalisant leurs rebellions entre eux plutôt que contre l’entreprise! Hé! hé!

      98

      Docteur Mabuse 28/08/2013

      Je pense, à la lecture de votre prose, truffée de fautes de français, que ce que vous proposez est largement trop pour que vous puissiez écrire des discours et/ou des articles. Commençons par vous rétribuer à la faute : 1 faute = 1 coup de règle sur les doigts et ce afin que vous puissiez mener, ultérieurement, une pleine et heureuse carrière de stagiaire compétent.

100

Illuminati 14/03/2013

Je suis outré par l’indécence du Gorafi pour avoir osé publier cet article. Ce secret ne devait jamais être dévoilé, un accord tacite passé avec le Gorafi, Edgar Hoover, le chef des Black Panthers, l’extraterrestre de Roswell, Le Président Kennedy et le principal intéressé allait en ce sens. Notre plan de domination mondiale tombe à l’eau maintenant.Il ne va plus être possible de rassembler les populations noires du globe derrière ce modèle pour les faire se liguer contre Chavez et Benoît XVI puisque ceux-si sont soit décédés, soit ont démissionné. Enfin bon tout n’es pas perdu mais ça plus le démantèlement de notre trafic de viande de cheval, la découverte du poumon du pape François 1er sur Ebay (notre autre relique rassembleuse) et enfin le vol de notre étude ultra-secrète sur la cellule zombie, nous sommes bien dans l’embarras.

    107

    nalaf 14/03/2013

    Bah alors, vous ne m’avez toujours pas répondu sur mon clip totalement con qui active des zones du cerveau irriguant la foi chrétienne. Je pensais à des paroles du genre op op christian style en faisant la danse du crucifié. On va faire au moins un milliard de vie sur youtube avec ça.

99

Mitch Bubu 14/03/2013

Déjà fait par The Onion, en bien plus drôle :

« I HAD A REALLY WEIRD DREAM LAST NIGHT. »

Washington, D.C. — Standing before a sea of 250,000 people at the Lincoln Memorial Wednesday, civil-rights leader Dr. Martin Luther King Jr. delivered a stirring speech about « this really weird dream I had last night. »

King detailed at length his dream’s bizarre, seemingly non-sensical images, offering a rare glimpse into what lies beyond the famed non-violence-movement leader’s conscious mind.
King delivered the speech, reproduced below in its entirety, to a hushed crowd that had gathered at the National Mall in a massive, unified call for civil rights:

I had a really weird dream last night.

I had a dream in which I was in Yankee Stadium, but it was not really Yankee Stadium. It seemed more like a combination of Yankee Stadium and my house. And there I stood, for reasons not known to me, in the shadow of the bleachers of that great stadium.

I had a dream.

I had a dream in which the great stadium became filled with circus animals. Whether these animals came from a circus or zoo, I am not certain. And as I walked through the congregation of animals, it became obvious to me that I did not walk alone. I noticed that I was joined by my friend, Morton Walsh, whom I know from law school. I do not know why he was there suddenly, but it occurs to me now that I had been thinking of him just the other day while going through some old papers from that time.

Brothers and sisters, I had a dream.

I had a dream in which I soon realized my friend was no longer Morton Walsh, but was now TV funnyman Jackie Gleason. And the scene became not one of tranquility. No, it was now obvious to me that Jackie Gleason and I were in danger from a giant roll of paper towels.Why there was such an object, I do not know, but that roll of paper towels struck within the depths of our souls a raging fear, and we ran from the monstrosity as quickly as our legs could carry us. But we did not move. As mightily as we tried to lift our feet, it seemed an invisible quicksand kept us from moving them. We could not outrun the giant household item.

I had a dream last night.

I had a dream in which we somehow overcame our inability to move and found ourselves in exile in an underground cave. But it was more than an underground cave. It was as if we were on a concrete path in some sort of futuristic city. In this city they had flying automobiles, and people dressed in strange costumes. And Jackie Gleason was no longer with me. Now, my mother was there. I do not know why.

I say to you today, my friends, I had a dream.

I had a dream in which I was then standing high atop a futuristic highway, in great danger of being struck by one of the flying autos. I then heard a grerat bell toll. It was a military warning siren that was calling my mother and me into our barracks. Somehow, I understood that, in this future world, people are called into their barracks at regimented times. That was the way things worked in the dream. What I did not realize at the time was that this tolling had actually been the sound of my bedside alarm clock going off.

My alarm rang! My alarm clock rang from a great mountain top. It rang from sea to shining sea.

I woke up and said, ‘I am awake at last. Awake at last. Thank God, Almighty. I am awake at last.’

I do not have the slightest notion what my dream meant.

    95

    legorafi 14/03/2013

    Bonjour, nos articles sont écrits à part de the Onion dont nous apprécions le travail, il n’y a là qu’une simple coïncidence. Nous pensons que c’est l’inverse, qu’ils nous ont copié, vulgairement d’ailleurs. Et nous avons trop de respects pour nos lecteurs qui connaissent très bien The Onion pour plagier ainsi.

      99

      Thengen 16/03/2013

      D’après Boulet (Notes tome 4, « Songe est mensonge », 2010), il aurait plutôt rêvé qu’il était tout nu et qu’il allait couper du bois avec des chevaux aux motifs de vaches et des écrans qui flottent en l’air. Qui croire ?

        103

        Juju 13/05/2013

        La Bande pas Dessinée (n°390) corrobore le fait que la première version de son discours était vachement moins bien que la version finale.
        Comme quoi l’Hisoire tient à peu de chose.

    101

    Kin Jang Un 14/03/2013

    Désolé mais je ne comprends pas l’espagnol, pourriez-vous traduire?

      89

      nalaf 15/03/2013

      Ils disent que tu as un petit engin et qu’ils n’ont pas peur de toi.

92

Allo Quoi 14/03/2013

Nan mais allo quoi ?! Martin a fait un rêve, quoi ! Vous m’recevez ?

    97

    Dalprod 14/03/2013

    Ouais quoi, le rève, c’est comme la guerre mondiale de 78 quoi

voir tous les avis éclairés

Laisser un avis éclairé

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *