Portrait : Lucinda Bergoglio-Velonzelos, quelle sera la place de la Première dame du pape ?

28 Publié le 15/03/2013 par La Rédaction

Vatican – Le pape François tout juste élu, tous les regards se sont tournés vers celle qui sera donc la nouvelle Première dame du pape, Lucinda Bergoglio-Velonzelos, 74 ans, mariée au cardinal Jorge Mario Bergoglio depuis plus de 40 ans. Ils étaient déjà connus du grand public comme un couple modèle alors qu’il était encore simple cardinal. Aujourd’hui, elle se retrouve au premier plan. Tour d’horizon des analystes sur la prochaine First Lady du Vatican.

Vatican – Le pape François tout juste élu, tous les regards se sont tournés vers celle qui sera donc la nouvelle Première dame du pape, Lucinda Bergoglio-Velonzelos, 74 ans, mariée au cardinal Jorge Mario Bergoglio depuis plus de 40 ans. Ils étaient déjà connus du grand public comme un couple modèle alors qu’il était encore simple cardinal. Aujourd’hui, elle se retrouve au premier plan. Tour d’horizon des analystes sur la prochaine First Lady du Vatican.

Être une Première dame au Vatican n’est pas chose facile. Entre tabous et interdits, il est difficile pour la Première dame d’exister dans l’ombre de son éminent mari. Mais certaines ont réussi malgré tout à imprimer le règne pontife d’une image de marque, entre engagement et glamour.

Ainsi, Maria Wojtyła-Sadeka, épouse de Jean-Paul II fut de tous ses voyages tout en n’hésitant pas à parfois se démarquer des positions de son pontife mari. « Maria Wojtyła-Sadeka a été la première à faire la Une d’un grand magazine de mode, malgré son âge. Une première pour le Vatican car d’ordinaire le rôle de First Lady était très très limité, très en retrait » explique Vincenzo Pelleni journaliste spécialiste du Vatican au Corriere della Sera

Si le couple Jean-Paul II – Maria a souvent eu les faveurs de la presse, la Première dame de Benoît XVI a eu plus de mal à se faire une place, la faute à un règne assez court. « Elle n’a pas eu le temps de trouver ses marques. Le public ne l’aimait pas vraiment, il la trouvait trop froide, trop en retrait ». Désormais tous les regards se tournent vers Lucinda Bergoglio. « On retrouve une personnalité comme Maria, quelqu’un d’indépendant, de frondeur et capable d’une grande proximité avec les gens. Elle est apparue très décontractée sur le balcon de la place Saint Pierre lors de l’annonce du scrutin, elle souriait beaucoup, elle gagné le cœur des italiens » souligne un journaliste de l’Osservatore Romano.

La Rédaction

Photo: DR

Publicité
Publicité