Un sabot impatient d’apparaître dans un prochain JT de Jean-Pierre Pernaut

26 Publié le 22/03/2013 par La Rédaction

Critiqué par les uns, adulé par les autres. Le 13H de TF1 présenté par l’inoxydable Jean-Pierre Pernaut ne laisse personne indifférent. Chantre de la ruralité et des métiers d’antan, Pernaut a su trouver son public et ses fans. Et parmi ces derniers, un sabot affirme « trépigner d’impatience » à l’idée de, peut-être un jour, figurer dans l’un des journaux présentés par son idole. Portrait.

« Passer chez M. Pernaut, c’est une forme de consécration dans le milieu du sabot » nous confie l’intéressé. Car ce sabot de 6 ans qui habite dans le Vaucluse suit depuis des années le journal de 13H de Jean-Pierre Pernaut, dernier porte-parole d’une certaine France : « Personne à part lui ne parle de nous. On sent qu’il aime vraiment les sabots mais pas que. C’est toute la France d’antan qu’il tente de faire vivre. Celle des cerises griottes et des santons, du tricot et des noisettes. »

Un présentateur extrêmement respecté donc dans le milieu sabotier. Mais passer dans un reportage de son 13H c’est aussi l’assurance d’une certaine prospérité économique. Et ça, notre impatient sabot ne le cache pas. Mais pour lui c’est avant tout la reconnaissance qui compte : « J’ai un ami, un fer à cheval, qui est passé chez M.Pernaut il y a quelques années dans le cadre d’un sujet sur les derniers maréchaux-ferrants de France. Ça a changé sa vie. Les gens se sont mis à le reconnaître dans la rue et à le féliciter pour son travail. »

Ce sabot qui vit chez son propriétaire, un octogénaire de Cavaillon, ne souhaite donc qu’une chose : passer, même brièvement, dans un reportage du 13H de Pernaut. Et pour cela il a mis les petits plats dans les grands : « J’ai envoyé une lettre à M. Pernaut, lui disant que s’il avait besoin d’un témoignage de sabot ou même de simples images d’illustration, j’étais prêt à intégrer l’un de ses sujets. Il ne m’a pas encore répondu mais je garde espoir. Je sais qu’un jour mon heure viendra. »

Le pouvoir médiatique

Si ce sabot semble bien décidé à passer un jour ou l’autre sur le petit écran, pour d’autres témoins télé, l’expérience a rapidement tourné au désastre. C’est par exemple le cas d’une seringue qui avait mis fin à ses jours après avoir accepté de témoigner dans un numéro d’Enquête Exclusive présenté par Bernard de la Villardière. La seringue avait en effet très mal vécu la notoriété fulgurante, et parfois cruelle, qu’avait engendrée la diffusion de son témoignage. Un piège que le sabot de Cavaillon devra sans doute éviter s’il venait un jour à passer dans le 13h de TF1.

La Rédaction

Illustration: istock/Jean-Reynes
Publicité
Publicité