Un philosophe dit avoir décrypté les propos de Sophie Marceau il y a 14 ans au Festival de Cannes

54 Publié le 26/03/2013 par La Rédaction

Il aura fallu 14 années. 14 années pour parvenir à trouver le sens caché derrière un discours devenu célèbre. Ce discours, c’est celui tenu par Sophie Marceau en 1999 alors qu’elle remet la Palme d’Or lors de la remise des prix du festival de Cannes. Des phrases incompréhensibles et un message caché que Bertrand Labadie, professeur de philosophie à l’université Paul Valéry de Montpellier, a finalement réussi à déchiffrer. Reportage.

Il aura fallu 14 années. 14 années pour parvenir à trouver le sens caché derrière un discours devenu célèbre. Ce discours, c’est celui tenu par Sophie Marceau en 1999 alors qu’elle remet la Palme d’Or lors de la remise des prix du Festival de Cannes. Des phrases incompréhensibles et un message caché que Bertrand Labadie, professeur de philosophie à l’université Paul Valéry de Montpellier, a finalement réussi à déchiffrer. Reportage.

Un message sur le rôle du cinéma

A l’époque, cette étrange allocution de la comédienne avait soulevé un nuage de critiques. « Complètement bourrée », « Possédée par le démon » ou même « Sans doute un sosie » avait-on entendu à l’époque. Puis le temps passant, ce tragique épisode du festival de Cannes s’est petit à petit fait oublier, sans pour autant que l’on comprenne le message qu’avait voulu faire passer Sophie Marceau à l’époque.

Jusqu’en avril 2007, année durant laquelle le philosophe Bertand Labadie découvre en retard la déclaration de Marceau : « C’est un ami qui me l’a envoyée en vidéo, juste pour déconner. Mais très vite j’ai senti qu’il y avait quelque chose de plus grand derrière ces mots, elle semblait vouloir exprimer une idée qui lui paraissait importante. Alors j’ai décidé de plancher dessus. »

L’intellectuel, spécialiste des questions d’éthique et de métaphysique s’immerge alors totalement dans ces 2 minutes 20 remplies d’énigmes et d’informations en apparence absurdes. Un casse-tête logique et sémantique qui l’a poussé dans ses retranchements : « Autant ça m’a été un peu difficile de comprendre la pensée d’Hegel, Kant ou Wittgenstein, mais là c’est un tout autre niveau. Les idées sont en apparence totalement incohérentes et les mots utilisés sont les plus obscurs sur lesquels j’ai eu à travailler. » raconte t-il.

Confronté à une série d’échecs, Bertrand Labadie décide alors de se tourner vers d’autres grilles de lecture : « Je me suis appuyé sur le langage corporel. Et avec ce que l’on sait à ce niveau là, ça m’a permis de cibler au moins dans les grandes lignes le message de Sophie Marceau. ». Fin 2011 il découvre alors que l’actrice aurait en fait souhaité s’exprimer sur les relations entre le cinéma, la guerre et les enfants, sans plus de précision.

Ce n’est qu’un an et 4 mois plus tard, qu’il obtiendra la clé pour comprendre cet énigmatique monologue : « Le mois dernier, j’ai regardé une interview qu’elle a donnée à Frédéric Taddéi en 2009 et dans laquelle elle revient sur ce discours, où elle explique ce qu’elle a voulu dire. Et là ça a fait « tilt » dans ma tête. J’ai instantanément compris. »

Le philosophe parvient à interpréter les mots de Sophie Marceau lancés dans le palais des Festivals de Cannes en 99 : « En fait elle voulait juste dire que le cinéma peut rendre les gens heureux et avoir un rôle important dans nos vies. Qu’il a le pouvoir d’apaiser nos souffrances et en particulier auprès des enfants malades. Enfin je crois… »

Un livre à la clé

Depuis sa découverte Bertand Labadie fait le tour des médias pour faire la pub du résultat de ses recherches. Une découverte qu’il compte bien ouvrir au grand public en publiant dès le mois de mai un livre où il exposera sa thèse sur « le discours Marceau » comme on l’appelle. La nouvelle coqueluche intellectuelle des plateaux télé a également annoncé qu’il plancherait très bien tôt sur les plus célèbres citations d’Afida Turner.

La Rédaction

Photo: DR

Publicité
Publicité