Paris – il tire à l’arme lourde dans son jardin pour se détendre

55 Publié le 11/04/2013 par La Rédaction

Depuis plusieurs jours, l’inquiétude grandit chez les habitants de la rue du Faubourg Saint Honoré à Paris. À plusieurs reprises, des explosions et des fusillades se sont fait entendre, toutes provenant d’un hôtel particulier situé au numéro 55. Interrogé par la police, l’intéressé affirme faire cela « pour sa détente personnelle ».

Le Faubourg Saint Honoré est une des rues les plus tranquilles de Paris. Pourtant, cette tranquillité est mise à mal à plusieurs reprises depuis quelques jours. En cause, un résident d’un hôtel particulier qui n’a rien trouvé de mieux pour se détendre que de s’exercer à l’arme lourde dans son jardin. « Cela a commencé il y a trois jours. D’abord des rafales d’armes de guerre. Puis des explosions, sans doute des mortiers » raconte M. Vuillard, propriétaire d’une bijouterie. « Chaque fois, les murs tremblent, les clients ne viennent plus, trop inquiets ». Les riverains ont demandé à la police de faire stopper les agissements de l’individu qui a été immédiatement entendu et dont les armes ont été saisies.

L’homme, agé de 58 ans, n’est pas connu des services de police. Selon ses proches qui ont accepté de témoigner, ce haut fonctionnaire traverse une phase très difficile. « Il affirme être soumis à beaucoup de stress ces dernières semaines, en raison de très mauvais sondages d’opinion, des coups durs, des « couacs » parmi ses ministres. Il est très stressé et il a un grand besoin de se défouler, d’extérioriser sa tension » a expliqué le commissaire lors d’une conférence de presse. « Nous avons longuement fait part à cet individu de l’inquiétude croissante du voisinage. Il s’est dit préoccupé et a promis d’agir immédiatement en conséquence ».

Après une démonstration dans son jardin aux forces de police des capacités des armes à sa disposition, l’homme a accepté de toutes les remiser:  « Je vais les confier à mon chef d’état-major qui va les replacer dans l’arsenal du bunker ». L’individu a cependant reçu un rappel à la loi. La police lui a ensuite conseillé d’utiliser des outils plus simples pour se défouler comme par exemple des jeux vidéo violents ou les arts martiaux. « Il pourra passer des soirées entières après le travail à jouer à des jeux violents comme Call of Duty sans pour cela gêner la tranquillité des voisins. » a conclu le commissaire.

Illustration: Istock / Arand
Publicité
Publicité