Les manettes de jeux finalement responsables de la plupart de vos échecs aux jeux vidéo depuis 30 ans

60 Publié le 12/04/2013 par La Rédaction

« C’est la faute à la manette ! » Qui n’a pas entendu ce cri plaintif lorsqu’il perdait face à un opposant ou dans une épreuve de jeux vidéo ? La justice japonaise vient de mettre à jour un des plus grands scandales de ces dernières années, prouvant que c’était bien de la faute de la manette et non des joueurs. Constance Déplanque a enquêté.

Vous perdez à un jeu, vous êtes certain d’avoir appuyé au bon moment à la seconde près et vous maudissez cette manette ? Et bien vous avez raison. Si on croit les révélations du journal Asahi Shinbun , les manettes de consoles étaient bien défectueuses et ce depuis des dizaines d’années. Des informations dans un premier temps démenties par la société Nintendo  qui parle pour sa part de générations de joueurs « pas assez rapides, pas assez expérimentés et qui ne lisent même plus les notices de jeux ».

Une révolution qui créé une onde de choc dans le milieu des gamers qui parlent déjà de préjudice moral. « J’ai perdu de nombreux matchs et de nombreuses parties. Mon amour propre en a souffert. Aujourd’hui, je sais que c’était pas ma faute, mais bien celle de la manette » explique Hokuri Shiamamoto, un des plus grands blogueurs japonais, au Japon. De toute évidence, il apparaît que les manettes n’étaient pas conçues pour supporter la rapidité d’exécution des mouvements humains. « Même aujourd’hui, ce sont des systèmes rudimentaires, la console met du temps à analyser les impulsions électriques envoyées par la manette. Cela prend trop de temps. Du coup, votre personnage meurt dans 99% des cas » explique Iroshi Mamura qui a commandé l’enquête.

Un système de racket à grande échelle

Et qui aboutit aussi à une conclusion édifiante. Non seulement  les constructeurs savaient mais ils n’ont rien fait. Pire, il y a eu entente entre les constructeurs et ceux qui éditaient les solutions et les astuces de jeux vidéo violents. «Les gens qui perdaient souvent dans ces jeux appelaient des hotlines ou des numéros surtaxés pour obtenir des solutions. Il y a des magazines qui ont bâti leur fortune sur ces défaillances ! » s’étrangle un journaliste. « Ce ne sont pas les jeux qui étaient difficiles mais les manettes de jeux qui étaient défectueuses. Avec une manette en état de marche, vous auriez pu finir « Les Tortues Ninja » sur NES  ou “Tintin au Tibet” sur Super Nintendo en moins d’une demi-heure ! » Si cette affaire est avérée, il s’agirait d’une forme de racket de la communauté des joueurs qui s’élèverait ainsi à plusieurs milliards de dollars dans le monde.

La Rédaction

Illustration : Ghettog76 / iStock

Publicité
Publicité