Situation normale en France au lendemain de l’adoption de la loi sur le mariage pour les personnes de même sexe

47 Publié le 24/04/2013 par La Rédaction

France – Moins de huit heures après son adoption en seconde lecture par l’Assemblée nationale, comment la France a-t-elle vécu l’adoption du mariage homosexuel après des semaines de débat? Nous sommes partis sur les routes et nos reporters Basile Sangène, Paul Regard et Constance Deplanque sont allés à la rencontre des Français.

France – Moins de 24 heures après son adoption en seconde lecture par l’Assemblée nationale, comment la France a-t-elle vécu l’adoption du mariage homosexuel après des semaines de débat? Nous sommes partis sur les routes et nos reporters Basile Sangène, Paul Regard et Constance Deplanque sont allés à la rencontre des Français.

Peu ou pas de changement

À Bordeaux ce matin, on signalait peu ou pas de changement. L’activité sur le marché des Capucins était normale par rapport aux autres jours de la semaine. Selon un porte-parole du marché, il y a eu des retards sur une livraison de poissons et un camion en panne a bloqué une rue quelques minutes mais a pu être dégagé par une dépanneuse – difficile d’y voir un début de fléchissement civilisationnel selon nos constatations,  ces événements seraient sans lien aucun avec l’adoption de la loi quelques heures plus tôt assure un commerçant.

Au même moment à Brest, la criée s’est déroulée sans problème. « Nous avons eu une petite baisse de prix mais c’est rentré dans l’ordre très vite » explique un jeune marin-pêcheur qui confirme aussi que l’adoption de la loi n’a rien changé a priori. « La mer était un peu formée ce matin, on a essuyé quelques paquets, la visibilité était faible mais je doute sincèrement que cela ait un quelconque rapport avec cette loi. Mais d’ailleurs franchement c’est quoi cette question, vous avez pas d’autres sujets d’actualité à traiter ? »

Situation analogue à Marseille, Clermont-Ferrant et Strasbourg. Sur place, les gens se sont levés et ont vécu leur début de journée dans une apparente normalité, sans se poser de questions. Aucun mouvement de panique, rien. Dans certains cafés de Saint-Etienne on a même continué à trinquer pour fêter la victoire du club local en Coupe de la ligue. « Pourquoi une telle indifférence ? » commente notre analyste Constance Deplanque pour qui tout cela n’est pas un cas isolé. « On nous signale dans plusieurs villes des gens qui font leur vie dans une relative indifférence, comme si c’était banal ». En Normandie, la circulation a été coupée sur l’autoroute de Paris, sans que là non plus cela n’ait le moindre fichu rapport, selon la Préfecture. Pour notre analyste, cette situation serait à rapprocher de ce qui c’est passé en Belgique il y a plus de dix ans, lorsqu’une loi similaire a été votée : il ne s’est strictement rien passé par la suite. Rien. Nada.

Même relative indifférence chez ce jeune couple parisien, Simon et Julien, qui vit en concubinage depuis deux ans. Pour eux, cette journée a elle aussi commencé de manière tout à fait normale, vers 8H00 comme l’a expliqué Simon à nos journalistes. « Ce matin, quelques secondes après le réveil, j’ai embrassé Julien, je lui ai souhaité bon courage pour le travail » explique le jeune homme qui précise plus loin avoir eu une brève conversation avec son ami « Je lui ai dit « je t’aime » et il m’a répondu « Je sais ».

La Rédaction
Illustration:styeb / flickR
Publicité
Publicité