Paris – Un Monoprix s’excuse pour avoir malencontreusement étiqueté des pains au chocolat en chocolatines

233 Publié le 30/04/2013 par La Rédaction

Émotion toujours vive dans le XIVème arrondissement parisien où plusieurs clients ont constaté ces derniers jours qu’un des magasins de l’enseigne Monoprix avait étiqueté un arrivage de pains au chocolat sous l’appellation folklorique de chocolatine. La chaîne de magasins s’excuse et annonce un début d’enquête.

Émotion toujours vive dans le XIVème arrondissement parisien où plusieurs clients ont constaté ces derniers jours qu’un des magasins de l’enseigne Monoprix avait étiqueté un arrivage de pains au chocolat sous l’appellation folklorique de chocolatines. La chaîne de magasins s’excuse et annonce un début d’enquête.

Adrien a 32 ans. Il fait ses courses chez son Monoprix comme à son habitude depuis des années. C’est lui qui a constaté le changement d’étiquette il y a deux semaines. « J’étais dans le rayon viennoiseries quand je l’ai vue. J’ai voulu croire à une très mauvaise blague au début » raconte-t-il. En cause, une étiquette indiquant « chocolatines » sur plusieurs paquets de pains au chocolat. « J’ai demandé au chef de rayon le problème. Il n’a pas jugé bon d’agir. J’ai écrit au responsable du magasin, aucune réaction. L’étiquette est restée plusieurs jours. Au bout de trois jours, je suis revenu et je l’ai arrachée, je n’avais pas le choix » explique le jeune homme très en colère.

Pour Adrien, le magasin a outrepassé ses droits en appliquant une appellation falsifiée à un produit, avec un nom qui n’existe pas. « Tout le monde est d’accord pour dire que chocolatine est un mot-valise qui n’existe que pour faire plaisir à une minorité linguistique et géographique. La langue française ne reconnaît que pain au chocolat ». Pire, d’autres magasins auraient eu recours à un étiquetage similaire, avant de le retirer en catastrophe face aux protestations. « Signe que nous avions donc raison » souligne le jeune homme qui n’exclut pas une plainte collective.

L’enseigne a dans un premier temps tenté de noyer le poisson dans un communiqué maladroit « Nous comprenons ces réactions mais elles restent très minoritaires, nos clients ne font pas de distinction entre pain au chocolat et chocolatine ». Mais face à la crainte d’un effet Streisand (un emballement médiatique incontrôlé créé par une volonté maladroite de contrôler ce même emballement) autour du phénomène, le magasin a présenté ses excuses et a retiré les produits des rayons. « Nous sommes désolés si certaines personnes ont été choquées, nous n’avons jamais eu cette volonté et nous, chez Monoprix, réaffirmons que nous respectons les croyances de nos clients ».

La Rédaction

Photo : @LeReilly

Publicité
Publicité