Enquête : Avoir un proche qui souffre serait bénéfique pour votre moral

18 Publié le 10/05/2013 par La Rédaction

Washington – C’est une enquête qui vient remettre beaucoup de choses en cause. Selon cette étude américaine, il apparaît comme très probable qu’avoir un ou plusieurs proches qui souffrent serait bénéfique pour le moral, apportant une dose de relativisme et d’optimisme personnel. Reportage.

Washington – C’est une enquête qui vient remettre beaucoup de choses en cause. Selon cette étude américaine, il apparaît comme très probable qu’avoir un ou plusieurs proches qui souffrent serait bénéfique pour le moral, apportant une dose de relativisme et d’optimisme personnel. Reportage.

L’enquête de Washington Psychiastrist Institute fait couler beaucoup d’encre depuis sa publication avant-hier. Selon cette enquête controversée, posséder un ou plusieurs proches qui souffrent ou traversent de graves crises de dépression serait bénéfique pour son moral personnel. « On a constaté que chez la plupart des sujets observés, ceux qui ont des proches qui souffrent, qui traversent de grandes crises de dépression, ces gens là au contraire ont un moral plus élevé, plus résistant que la moyenne » explique le docteur Rodmond, coordinateur de l’étude. «Cela provoque une forme de relativisme et de positivisme. Vous voyez vos proches souffrir et d’un coup vous réalisez que vous, vous passez une journée pas si merdique que ça en fait. Et vous vous sentez mieux ».

L’enquête a concerné plusieurs centaines de personnes. Parmi elles, Matha Richies, 34 ans. Elle a plusieurs proches qui souffrent et elle confirme qu’effectivement, grâce à eux, son moral va très bien. « Chaque fois que je les vois, je suis triste pour eux. Mais aussitôt cela me rappelle que je vais plutôt bien et que je n’ai pas de quoi me plaindre en fait » explique-t-elle. Et d’expliquer aussi le secret de son bonheur. « Quand je sens que je vais un peu déprimer, que je me sens mélancolique, j’appelle un de mes amis dépressifs ou tristes, je lui demande de me raconter sa journée. Et tout de suite, ça va beaucoup mieux. Vous relativisez tellement mieux ».

Une astuce qui pourrait bientôt se populariser, certains médecins estimant que cette méthode pourrait être nettement moins dommageable que de prescrire des antidépresseurs. « Nous réfléchissons à constituer un fichier de personnes vraiment très tristes pour créer un nouveau service téléphonique. Si vous vous sentez mal, il suffira d’appeler un numéro et quelqu’un de vraiment triste répondra et vous racontera sa journée minable » assure le docteur Rodmond, qui espère la mise en place d’un tel service dès la prochaine rentrée.

La Rédaction

Photo :  skynesher / iStock

Mots clés : , , , ,
Publicité
Publicité