L’incroyable histoire de Dan Laughrie, le génie du roller amputé de la tête

106 Publié le 31/05/2013 par La Rédaction

Rien ne le prédisposait à atteindre les étoiles. Pourtant, Dan Laughrie, 23 ans et originaire d’Ottawa au Canada, a réussi l’impossible. Ce jeune prodige est parvenu à surmonter un terrible handicap physique et à devenir l’un des plus grands pratiquants de roller du monde. Une prouesse et une leçon de vie de la part de celui qui a dû se faire amputer à 17 ans de la totalité de la boîte crânienne suite à une terrible infection qui l’a contraint à ce choix difficile qu’est la perte d’une partie du corps. Portrait.

C’était un adolescent au sourire angélique. Quand Dan Laughrie a perdu son visage et l’ensemble de sa tête en 2007, c’est un terrible coup du sort qui s’est abattu sur ce jeune canadien. Tout est parti d’une simple entaille à la joue faite après une chute en roller. Une entaille qu’il a malheureusement négligée et oubliée de soigner. L’entaille s’infecte alors à grande vitesse et malgré toutes leurs tentatives pour résorber l’infection, les médecins chargés de Dan Laughrie lui annonce qu’une amputation de la tête lui sera inévitable.

Après l’opération à risque dont il est l’objet, Dan Laughrie est perdu. Le lycée se termine pour lui mais son avenir, il le voit sombre. Il songe alors à tous ces métiers qu’il ne pourra jamais faire : mannequin, chanteur ou testeur de fond de teint. Il traverse alors une profonde dépression qu’il regarde aujourd’hui avec lucidité : « J’étais complètement perdu. Ma vie n’avait plus de sens. J’avais l’impression de devenir fou et c’est là que j’ai compris ce que signifiait l’expression « perdre la tête » concrètement. »

Huit longs mois donc à broyer du noir et à errer psychologiquement, jusqu’à un jour où tout s’éclaire pour lui : « Je me demandais « Qu’est-ce que tu vas faire de ta vie Dan ? Qu’est-ce qui est plus important que tout pour toi ? » et la réponse m’a sauté aux yeux. Je serai champion du monde de roller ! » Le patin à roulettes, c’est la grande passion de Dan depuis sa toute petite enfance. Il rechausse alors ses rollers et se met à s’entraîner comme un acharné.

C’est alors un véritable chemin de croix qu’entame le sportif. Il s’inflige près de 6 heures d’entraînement quotidien. Tout y passe : vitesse, figures, sauts dans le vide. Un calvaire quotidien qu’il accepte avec le sourire pendant plus de 4 ans. En 2012, Dan Laughrie participe au Championnat du Monde de rollers à Phoenix aux Etats-Unis. Evénement, il est le premier amputé à concourir chez les valides dans la catégorie « performance acrobatique » et « épreuve de vitesse ». Deux compétitions qu’il remportera le buste haut en surclassant tous ses concurrents.

La reconnaissance des pairs

A l’occasion de son sacre à Phoenix, toute la famille de Dan avait fait le déplacement pour l’encourager. Sa mère, Kathryn, se souvient de l’inquiétude qu’elle a eue pour son fils avant qu’il atteigne les sommets : « Je me suis fait tellement de souci pour lui. J’avais peur qu’il soit détruit psychologiquement s’il ne parvenait pas à atteindre son but. Mais il y est arrivé. Je suis fière de lui comme jamais. »

Un regard bienveillant que Dan Laughrie a constaté chez les autres professionnels du roller. C’est notamment le cas de Taïg Khris qui faisait partie du jury lorsque Dan Laughrie a remporté ses deux coupes du monde : « C’est un grand perfectionniste et un acharné du travail. Il a su repousser ses propres limites et aller chercher l’exploit malgré les coups durs de la vie. » Et l’ex-champion de roller de continuer : « Ne pas avoir de tête est très pénalisant quand on se lance dans le roller. On ne voit pas où on va et on n’entend pas les consignes du coach. Franchement, ce qu’a réussi à accomplir Dan dans ces conditions, c’est juste incroyable. »

La Rédaction

 

Illustration: DR

Publicité
Publicité