Les Népalais en colère contre un projet d’escalator sur la face Sud de l’Everest

47 Publié le 24/06/2013 par La Rédaction

Le Népal, petit pays de 30 millions d’habitants coincé entre deux géants que sont la Chine et l’Inde, n’avait pas connu tel soulèvement populaire depuis une dizaine d’années. Cela fait une semaine déjà que des centaines de milliers de manifestants descendent chaque jour dans la rue pour exprimer leur colère. En cause : un projet d’urbanisation du gouvernement jugé scandaleux par bon nombre de Népalais. Et ce projet n’est pas des moindres puisqu’il s’agit ni plus ni moins d’un escalier mécanique géant qui permettrait d’atteindre le sommet de l’Everest sans difficulté. Le chantier titanesque a déjà commencé il y a 15 jours provoquant le mécontentement de la société civile. Reportage.

Amik Jha est l’un des membres fondateurs de « Free Mountain », un collectif d’associations qui s’est créé suite à l’annonce du projet Great Ladder. Le Great Ladder (« Grande Échelle »), c’est un escalator colossal de près de 3500 mètres reliant le camp de base au pied du glacier de Khumbu jusqu’au sommet de l’Everest à 8848 mètres d’altitude. Un chantier fou, digne du Qatar ou de Dubai qui a très vite suscité une vive opposition dans l’opinion publique : « C’est quasi de l’ordre du crime. Si jamais le Great Ladder voit le jour, c’est tout simplement l’un des plus beaux joyaux de notre planète qui sera défiguré par cette horreur en métal. En tant que citoyens nous ne pouvons laisser passer ça », affirme avec conviction Amik Jha, tout juste âgé de 23 ans.

Pour le ministre népalais du Tourisme et des Loisirs, Ram Kumar Shrestha, ce projet n’est que la fin d’une absurdité et un grand pas vers une plus grande égalité : « Nous sommes en 2013. On est allé sur la Lune. On est même en train d’explorer Mars. Il n’y aucune raison rationnelle de ne pas profiter de la technologie qui est à notre service pour faciliter l’accès au sommet de l’Everest  Se trouver sur le toit du monde comme on dit est une expérience exceptionnelle et chacun devrait avoir le droit de la vivre. Encore plus quand les moyens techniques nous le permettent. »

Surya Bahadur Lamjung est député démocrate au sein de l’Assemblée constituante. Il s’est très vite opposé au projet Great Ladder en dénonçant la mise en péril des travailleurs népalais : « L’Everest est l’outil de travail principal de centaines d’entre nous. Si on vient y mettre un escalator, ce sont des dizaines et des dizaines de familles népalaises qui vont se retrouver sans gagne-pain. » Et le député de continuer : « Que vont devenir les sherpas s’ils n’ont plus de montagne à gravir ? Certains ne retrouveront jamais d’emploi en ces temps de crise et seront obligés de vendre de la drogue ou de se prostituer. Ce serait une catastrophe pour tout le monde. »

Narayanman Koirala est le directeur d’une agence de tourisme à Katmandou. Il craint également un manque à gagner si le projet venait à se réaliser, même s’il avoue déjà réfléchir à transformer ce handicap en avantage : « Ça va être compliqué pour pas mal de professionnels du secteur. On risque de voir un paquet d’alpinistes se rabattre sur d’autres sommets moins hauts comme le K2. Mais cette baisse d’affluence pourrait bien se compenser avec l’arrivée d’un public nouveau, un public non-alpiniste. »

C’est ainsi que le directeur d’agence planche déjà pour tenter de proposer de nouvelles gammes de service que la construction du Great Ladder pourrait bien entraîner : « Si on a la permission des pouvoirs publics, on peut très bien songer à installer à intervalle régulier le long de l’escalator des genres de snack-bar où ces néo-grimpeurs pourront se restaurer. Vu que l’ascension va probablement devenir accessible à tous, il est probable que les gens viennent en famille pour aller jusqu’en haut. C’est potentiellement un joli marché qui s’ouvre à nous si nous sommes malins. »

Un défi sportif à ré-inventer

Ali Watters est écossais et a déjà trois montées réussies de l’Everest derrière lui. Pour ce féru d’escalade et d’alpinisme, c’est tout un concept qui s’effondre : « Ça n’a plus rien à voir avec l’état d’esprit d’origine. Même si à la base, ce sont les sherpas qui portent la quasi-totalité de nos affaires pour nous faciliter la tâche, faire une montée avec un escalator c’est pas du tout le même trip. L’importance de l’effort est complètement niée ». Mais cet amoureux de l’Himalaya et des défis tant physiques que psychologiques ne désespère pas de trouver un moyen de rendre cet escalier mécanique géant propice au défi : « A la rigueur, peut-être tenter d’atteindre le sommet via l’escalator mais en courant et sans oxygène…et encore…Mais surtout, est-ce que les sherpas suivront ? Ils n’ont jamais vu d’escalator de toute leur vie, ils risquent de perdre leurs repères. »

La Rédaction

Illustration: WikiCommons / Rich
Publicité
Publicité