250 000 exemplaires de Vanity Fair retrouvés au domicile de Michel Denisot

22 Publié le 02/07/2013 par La Rédaction

L’ancien animateur du grand Journal reconverti en rédacteur en chef annonçait hier plus de 250 000 numéros vendus pour l’édition française de Vanity Fair. Mais ce matin, alors que les policiers ont été appelés pour une urgence à son domicile, ils ont découvert l’intégralité des 250 000 numéros, tous stockés dans une seule pièce. Reportage

L’ancien animateur du grand Journal reconverti en rédacteur en chef annonçait hier plus de 250 000 numéros vendus pour l’édition française de Vanity Fair. Mais ce matin, alors que les policiers ont été appelés pour une urgence à son domicile, ils ont découvert l’intégralité des 250 000 numéros, tous stockés dans une seule pièce. Reportage

Sans la maladresse d’une femme de ménage, on n’y aurait vu que du feu. Hier, Michel Denisot annonçait les chiffres de ventes de la version française de Vanity Fair, avec plus de 250 000 numéros vendus. Mais ce matin c’est un autre son de cloche. Appelé en urgence au domicile de l’animateur pour un accident domestique, les policiers ont dû secourir sa femme de ménage qui venait d’être pris au piège par l’éboulement de plusieurs piles de magazines. « La victime a ouvert la porte d’une chambre et elle a été immédiatement ensevelie » a raconté un des premiers policiers arrivés sur les lieux du drame. « Il y en avait partout. Nous avons dû faire appel à des pompiers qui ont consolidé les piles pendant que nous évacuions la victime. Il s’en est fallu de peu pour que tout ne nous tombe dessus ».

Selon les premiers éléments de l’enquête, les magazines étaient stockés depuis plusieurs jours et un premier recomptage en dénombre plus de 250,000 exemplaires. Des voisins ont raconté avoir aperçu l’animateur faire plusieurs allers-retours ces derniers jours, les bras chargés de paquets, probablement les revues qu’il achetait en masse à tous les kiosques. « Nous avons montré son signalement à plusieurs kiosquiers qui nous ont confirmé qu’il avait vu ce même individu il y a quelques jours leur acheter la totalité de leur stock de Vanity Fair » a expliqué un policier chargé de l’enquête.

La découverte des enquêteurs pourrait bien les mener vers une autre plus importante encore. Une source anonyme proche du dossier nous révèle la dernière piste en date explorée par la police: « L’enquête est en train de prendre une toute autre ampleur. On a reçu des informations qui laissent entendre que Michel Denisot posséderait quelque part en région parisienne un gigantesque hangar dans lequel des dizaines de milliers de postes seraient entreposés depuis des années. » Ces mêmes informations affirment que les postes seraient spécialement programmés pour s’allumer aux alentours de 19H et qu’ils se mettraient en marche automatiquement sur la chaîne Canal Plus.

La Rédaction
Illustration: Vanity Fair
Publicité
Publicité