Prism : Barack Obama affirme avoir appris l’existence de la NSA grâce aux révélations de Edward Snowden

24 Publié le 04/07/2013 par La Rédaction

Washington – Alors que le sort de l’informaticien Edward Snowden enflamme les relations diplomatiques en Europe, Barack Obama a changé sa position sur l’affaire en affirmant qu’il n’était en rien lié d’une quelconque manière au système de surveillance PRISM, dénoncé par l’informaticien. Mieux, le président américain a affirmé de son côté avoir été mis au courant, comme le grand public, de l’existence de la NSA grâce aux révélations de Edward Snowden.

L’informaticien en quête d’asile et recherché par les États-Unis pourrait bien compter sur un allié pour le moins surprenant en la personne de Barack Obama. Celui-ci change son fusil d’épaule et affirme désormais avoir découvert l’existence de la NSA grâce aux révélations de Edward Snowden et se déclare prêt à l’aider. « Comme beaucoup d’Américains, j’ai été choqué par ses révélations » a répété le président américain lors d’une allocution radiophonique hier soir. « Qu’un pouvoir ait mis en place un tel système de surveillance de ses citoyens, et aussi de pays qui sont nos alliés, est quelque chose qui me glace le sang ».

Le président américain a ajouté qu’il ignorait tout de l’existence de la NSA. « Comme beaucoup, j’avais vu des films qui en parlaient. Mais je refusais d’imaginer qu’une organisation telle que la NSA puisse exister réellement ». Barack Obama a rajouté qu’il était impatient de rencontrer Edward Snowden. « J’ai hâte d’entendre ses explications et son analyse, et il peut être certain que je vais tout faire pour m’assurer de sa sécurité », lui proposant même un rendez-vous. « Vous voyez le Starbucks, au 1919 Pennsylvania Avenue à Washington ? J’y serai, seul, demain à 15h30 ». Le président de préciser, que depuis ces révélations, il faisait beaucoup plus attention dans ses gestes du quotidien. « J’avais des soupçons mais maintenant je pense que j’ai moi aussi été surveillé, peut-être même depuis le début de mon premier mandat ».

Ainsi, il se refuse maintenant à utiliser le téléphone pour des conversations officielles ou classées secrètes. « Quand nous parlons avec Michelle (Michelle Obama, NDLR) nous sommes obligés de mettre de la musique pour couvrir le son de nos voix, c’est une astuce un peu hollywoodienne qui fonctionne très bien » avant de conclure que tout serait mis en place pour stopper ce système d’espionnage, et de préciser « Je suis à peu près sûr qu’ils nous écoutent, en ce moment même ».

La Rédaction

Photo: Wikicommons / Center for American Progress Action Fund

Publicité
Publicité