Edito « Les vacances, ce moment rêvé pour oublier que nous allons tous mourir »

39 Publié le 08/07/2013 par La Rédaction

Jean-François Buissière revient sur cette volonté de l’être humain de partir en vacances et ce parfois sans autre raison que pour oublier qu’il va mourir.

Comme beaucoup d’entre vous, j’aime partir en vacances. J’avoue avoir une préférence pour l’hiver où je peux à loisir fuir les rigueurs climatiques de nos dures latitudes. Mais l’été est plaisant néanmoins. Et dans ces moments de vacances, d’oisiveté, où le corps et l’esprit sont enfin totalement relâchés dans un commun mouvement, il m’arrive parfois, quelques secondes, d’oublier que nous ne sommes, au fond, que des sacs de sang ambulants, mus par d’étranges pulsions multimillénaires sur un bout de terre et de roches, propulsées à travers l’immensité et la solitude froide du cosmos inhospitalier. Et que nous allons tous mourir.

En s’abandonnant sur sa serviette sur le bord d’une plage, d’une piscine, ou dans un hamac, on oublie que nous filons tous vers une issue fatale, certaine et clinique. Aucun d’entre nous hélas ne sortira vivant de cette aventure que nous avons tous en commun et qui s’appelle la Vie. Mais qu’importe. En attendant, nous sommes en bord de mer à jouer avec des proches qui eux aussi vont mourir, tout comme votre voisin de tablée lors de la prochaine soirée de karaoké ce soir où il va s’humilier, comme d’habitude. Et quand il essaiera de chanter et que sa famille, peut-être navrée, assistera à ce spectacle dépravé, rappelez-vous quelques secondes l’issue fatale qui l’attend lui aussi. Puis, pensez que cela vous concerne tout autant.

Le bleu de la mer, le soleil qui vient nous réchauffer lorsqu’on nous sert l’apéritif, les après-midis passés en randonnées, les voyages en longs-courriers, les instants de rires avec les amis, les jeux de plages. Nous usons de tant de stratagèmes coûteux pour tenter d’oublier notre invariable mortalité, ne serait-ce que quelques minutes.

Parfois, je me dis heureux celui qui ne part pas en vacances. Car il a choisi de ne pas oublier, il a choisi avec dignité d’affronter un destin immuable. Il tient tête à Cerbère, attablé à son bureau en cette chaude après-midi de juillet, affrontant son travail du quotidien, pendant que ses semblables écervelés, dans une volonté naïve de tromper le cours de leurs existences, dépensent et gaspillent leur argent dans des divertissements qui ne trompent personne. Parfois, quand je me retourne dans mon hamac au creux de la nuit sur ma plage privée de Copacabana, j’envie cet homme qui regarde la mort dans les yeux.

Jean-François Buissière
Jean-François Buissière est président du directoire du Gorafi News Network 

Publicité
Publicité