Pimp My Baby, la nouvelle émission de MTV qui customise votre nourrisson

29 Publié le 08/07/2013 par La Rédaction

Voilà un programme qui va en faire hurler plus d’un. A l’occasion de sa grille d’été, la chaîne américaine MTV a décidé de lancer en grandes pompes sa toute nouvelle émission baptisée Pimp My Baby. Variante de Pimp My Ride où des téléspectateurs avaient la chance de voir leur vieille voiture se transformer en véhicule de rêve, Pimp My Baby reprend le concept clé de cette émission mais l’applique à de tous jeunes bébés. Néon, tatouage, enceintes derniers cris ou encore tablette numérique greffée sur le torse : un relooking de l’extrême qui indigne les défenseurs des droits des enfants mais qui intéresse déjà de nombreux diffuseurs de la TNT en France.

Quand Sally, 25 ans, voit débarquer à sa porte Xzibit, rappeur et présentateur de Pimp My Baby, la jeune fille saute littéralement de joie, à la limite de l’hystérie. Et pour cause. Elle vient d’apprendre qu’elle a été sélectionnée parmi des centaines de candidatures pour être le tout premier parent à faire customiser son enfant dans le cadre de cette nouvelle émission. La suite du programme est pour ainsi dire calquée sur l’ancien modèle version Auto.

Xzibit emmène ensuite Dylan, le fils de Sally, au garage où il sera entièrement retapé. Le rappeur entame ensuite un briefing avec toute l’équipe des tuners qui reprend du service pour l’occasion. Les mécanos déterminent les modifications à entreprendre sur le bambin. Une fois la peinture et l’intérieur refaits et les gadgets électroniques installés, Sally vient rechercher son nourrisson et découvre grâce à un exposé de Mad Mike tous les travaux qui ont été accomplis sur sa progéniture. La jeune femme est aux anges, bien naturellement, prête à éduquer, pour ainsi dire, un tout nouvel enfant.

Ce tunning sur des êtres humains, qui plus est des enfants, a provoqué un scandale immédiat. Les ONG défendant les droits des enfants se disent « consternées par les dérives du divertissement ». Bob Miller traite les questions d’enfance chez Amnesty International : « Ce sont des grands malades ! Ce que nous critiquons avec ce genre de programme ce n’est évidemment pas la qualité artistique du concept. L’idée est vraiment originale, mais le problème n’est pas là. » Et le militant de continuer : « Là où Pimp My Baby dérape, c’est qu’il transforme les enfants en de simples objets juste pour le plaisir du spectacle. Les opérations lourdes qu’ils subissent dans le cadre de cet ignoble programme peuvent avoir des conséquences graves. Certains devront vivre toute leur vie avec un lecteur Blu-ray incorporé sur les reins et ils risquent de devenir très vite des parias. »

D17 intéressée

Amnesty affirme avoir déjà déposé une plainte pour maltraitance auprès de la justice américaine. En attendant la suite de la procédure, Pimp My Baby suscite un réel intérêt des diffuseurs de ce côté-ci de l’Atlantique. La direction de la chaîne de télévision D17, qui possède notamment les droits de diffusion de l’ancien Pimp My Ride s’est dite « particulièrement attentive » à la réception de l’émission par le public américain. Si les audiences étaient au rendez-vous aux Etats-Unis sur l’ensemble de la saison, la chaîne française pourrait bien décider de décliner le concept. Ramzy, qui avait justement assuré la présentation de la version française de Pimp My Ride a déclaré sur son compte Twitter : « Un Pimp My Baby en France ? Je signe tout de suite. Faites chauffer le bistouri, j’arrive ! »

Publicité
Publicité