Un homme subit les conseils de vacances de ses collègues jaloux pendant trois quarts d’heure en gardant le sourire

26 Publié le 17/07/2013 par La Rédaction

Lyon – C’est un exploit comme beaucoup de Français en accomplissent chaque jour dans le silence assourdissant des médias. Lundi matin, alors que rien ne le laissait présager, Nicolas (*), 32 ans, est parvenu à garder le sourire tandis que ses collègues l’assaillaient de conseils de vacances après qu’il a eu le malheur de dire qu’il partait aux États-Unis cette année.

« Ce sera mon premier voyage là-bas, j’étais content, je n’ai pas pu m’empêcher de le dire à mes collègues », a expliqué le jeune homme à la presse, admettant aussitôt avoir « commis une erreur même si je n’ai pas eu le choix », a-t-il toutefois ajouté d’une voix précipitée, comme pour trouver les raisons l’ayant conduit à commettre cet impair. Nicolas n’a notamment pas su éviter le piège tendu par la question « Tu vas où ? », que lui a posée Jean-Jacques, 45 ans, du service comptabilité : « J’ai répondu en toute bonne foi », a expliqué Nicolas : « Je ne savais pas que cette question était un test pour permettre aux autres de s’assurer qu’ils passeraient de meilleures vacances que moi ».

Un manège pervers se met alors en place :« Les États-Unis ? Ah c’est bien. Tu vas à New-York j’espère », demande alors Jean-Jacques. Mais voilà que Christine intervient : « Tu vas aller visiter les environs ? C’est magnifique ». Nicolas précise alors il n’aura pas le temps, et puis il veut « bien profiter de New-York, qui a l’air gigantesque ».  Puis, Christophe du service gestion de tempérer: « Ah… c’est dommage. Si je peux te donner un conseil, il faut à tout prix aller à Rolla dans le Wisconsin, il y a une super table à un prix quasi-donné. Je connais le proprio, je te rencarderai si tu veux ». Le coup est dur, mais Nicolas encaisse. « Ok, je vais essayer, pourquoi pas », répond-il dans un sourire, tout en sachant qu’il n’en fera rien.

Les répliques vont ainsi s’enchaîner pendant 45 minutes ininterrompues, qui conseillant à Nicolas de changer d’hôtel, qui lui disant de faire « très attention à l’aéroport », qui lui expliquant que « ça va être chaud pour visiter l’Empire State Building » et que « Downtown c’était quand même mieux avant, il arrive bien trop tard pour profiter du coin qui est devenu super cher quand même ». Mais malgré les coups de boutoir de ses collègues, Nicolas tient bon et garde le sourire, assurant chacun qu’il a bien noté tous les conseils avisés.

« Quand je suis rentré chez moi le soir, je me suis écroulé sur le lit. C’est très dur de réaliser qu’on a totalement raté ses vacances alors qu’on est même pas encore parti », a raconté Nicolas à la presse. « Il s’est enfermé dans le mutisme jusqu’à mardi soir », témoigne sa petite amie, Stéphanie. Le jeune homme, qui ajoute sur un ton dépité : « Je ne suis pas sûr de pouvoir revivre ça dès l’année prochaine. Je pense que je resterai en France, quitte à essuyer le regard compatissant de mes collègues qui me plaindront de ne pas pouvoir partir ».

(*) Les prénoms ont été modifiés

Photo: iStock/Dean Mitchell

Publicité
Publicité