B.Lizarazu : «Vous auriez pas une p’tite pièce ?»

12 Publié le 25/07/2013 par La Rédaction

L’ex-arrière gauche de l’équipe de France de football en a marre et il le fait savoir. Dans un entretien accordé au magazine Voici, l’ancien international, aujourd’hui animateur sur RTL et consultant pour TF1, pousse un virulent coup de gueule pour faire taire les rumeurs. En cause, une réputation de grippe-sou qui lui colle à la peau depuis des années déjà. Selon les commérages, Bixente Lizarazu serait avare, à la limite de la radinerie maladive. Une image dont l’ancien footballeur veut se débarrasser définitivement, évoquant plutôt de son côté « une prudence financière en cas de coup dur ».

L’ex-arrière gauche de l’équipe de France de football en a marre et il le fait savoir. Dans un entretien accordé au magazine Voici, l’ancien international, aujourd’hui animateur sur RTL et consultant pour TF1, pousse un virulent coup de gueule pour faire taire les rumeurs. En cause, une réputation de grippe-sou qui lui colle à la peau depuis des années déjà. Selon les commérages, Bixente Lizarazu serait avare, à la limite de la radinerie maladive. Une image dont l’ancien footballeur veut se débarrasser définitivement, évoquant plutôt de son côté « une prudence financière en cas de coup dur ».

Une ex traumatisée, un banquier heureux

« Je ne suis pas un rapiat. Je fais juste attention à mon argent comme n’importe qui », lance d’emblée le Basque aux 97 sélections. Aujourd’hui âgé de 43 ans, il se dit agacé par les récits plutôt négatifs dont il fait l’objet et qui affirment qu’il serait d’une avarice hors-norme comme nous le confirme ce journaliste anonyme de la chaîne d’Infosport + : « Tout le monde sait dans le milieu que Liza est une pince. On pourrait à la rigueur dire qu’il a des oursins dans les poches, mais à son niveau il a carrément enlevé les poches pour ne jamais avoir d’argent sur lui. »

La chanteuse et actrice Elsa a partagé la vie de ce dernier entre 1999 et 2006. Malgré tous les bons sentiments qu’elle lui porte encore aujourd’hui, elle se dit obligée de confirmer une telle image : « A chaque fois qu’on allait au restaurant, au moment de l’addition il me disait qu’il avait oublié sa carte bleue chez lui. Une fois ou deux ça peut arriver. Mais 38 fois en 7 ans, là c’est au-delà de l’acte manqué. » Et l’artiste de raconter : « Une fois en 2006, il m’a même fait croire qu’il allait aux toilettes. Et voyant qu’il ne revenait toujours pas une demi-heure plus tard, je me suis inquiétée évidemment ; je l’ai appelé sur portable et en fait il était déjà à la maison en train de s’endormir dans notre lit. C’est là que j’ai décidé de rompre avec lui. »

Christian Koné est conseiller bancaire à la BNP de l’Opéra Garnier où Bixente Lizarazu possède plusieurs comptes. Il confirme la gestion drastique dont fait preuve l’ex-tricolore sur les questions d’argent : « Pour être honnête, dans notre agence, nous nous occupons également d’autres sportifs ou ex-sportifs de haut niveau, plus largement même de personnalités des médias. Et je dois bien reconnaître, sans vous révéler les détails, que parmi tous nos clients VIP, M.Lizarazu est de loin celui dont le compte courant présente le moins de dépenses. Et ce depuis une quinzaine d’années au moins. »

Pour le banquier, cela tient moins de l’avarice que d’une saine maîtrise de ses dépenses même si cela peut sembler excessif : « Pour vous dire, ces derniers mois, il n’y a eu qu’un ou deux mouvements de débit et qui ne dépassaient pas à chaque fois la dizaine d’euros. Pour une banque comme nous, M. Lizarazu est l’archétype du client exemplaire et c’est un plaisir de travailler avec lui », se réjouit le conseiller bancaire.

Du côté de TF1, où l’ex joueur de foot est consultant, on essaie d’éviter la polémique malgré des faits qui parlent d’eux-mêmes comme l’explique Michel Courtal qui travaille au service Comptabilité de la chaîne : « Bixente Lizarazu est un grand professionnel des médias. C’est indéniable. Mais le problème, c’est que parmi tous nos consultants c’est celui qui nous ramène le plus de notes de frais et elles sont parfois très salées. Si vous voulez, à titre d’exemple, au retour de son dernier déplacement pour commenter une rencontre, il nous a rapporté la facture d’un tiramisu à 27 euros. Je ne juge évidemment pas la qualité de ce dessert mais ça me paraît légèrement excessif comme montant. Après, on va pas non plus pinailler pour un tiramisu. Mais ça, plus ça, plus ça…Ça commence à faire beaucoup ! »

Le soutien des anciens de 98

Dans son entretien à Voici, Bixente Lizarazu affirme recevoir le soutien régulier de ses anciens co-équipiers dans ce combat pour l’honneur : « Zizou m’appelle régulièrement pour me dire de tenir bon. Lui aussi comprend très bien ma situation. Il sait ce que c’est que de se faire offrir a peu près absolument tout quand on est un sportif de haut niveau. Les vêtements, les restos, les voyages. Les gens vous le proposent, vous acceptez. C’est normal. Ne serait-ce que par politesse. »

Plus loin dans l’interview, il évoque une volonté de nuisance à peine masquée : « On est en France et on sait tous que dans leur culture, les Français détestent ceux qui réussissent et qui gagnent de l’argent. J’ai obtenu le mien sans tricher et je l’ai amplement mérité. Je ne vois donc pas pourquoi je devrais en avoir honte et surtout pourquoi je devrais le dépenser. Ça n’a rien à voir avec de la radinerie. C’est juste du bon sens. Et puis après ça arrive que je n’aie tout simplement pas de liquide sur moi. Par exemple là j’ai pris un café allongé mais il se trouve que j’ai pas de quoi le payer sur moi. D’ailleurs, vous auriez pas une p’tite pièce ? »

La Rédaction

Illustration: WikiCommons / Oscar Alonso Algote
Publicité
Publicité