La France envisage d’encadrer l’usage de l’expression « au jour d’aujourd’hui »

245 Publié le 01/08/2013 par La Rédaction

Des années que les Français attendaient son interdiction. Elle faisait partie des expressions les plus détestées de l’Hexagone. Et pourtant, elle continuait de sévir ici et là. Elle, c’est la fameuse locution « au jour d’aujourd’hui » qui en a agacé plus d’un depuis des années. Popularisée grâce à la télévision, des dizaines de milliers de personnes réclamaient sa suppression totale et immédiate depuis des années.

Des pétitions pour demander son interdiction ont circulé, des associations en opposition à son usage ont même été créées. Et ce travail semble finalement avoir porté ses fruits aujourd’hui, puisque le gouvernement a annoncé l’encadrement prochain de ces quelques mots qui ont fait tant de mal.

En finir avec l’absurdité

La décision aurait été prise directement à l’Elysée, selon des sources contradictoires, mais elle reste officiellement portée par les ministères de la Culture et de l’Éducation nationale. A l’occasion d’une conférence de presse commune, les deux ministres concernés, Aurélie Filippetti et Vincent Peillon ont fait preuve de pédagogie : « Il fallait mettre fin à cette aberration de la langue française. C’est une tautologie doublement redondante qui ne sert à rien et allonge considérablement le temps des conversations des citoyens français. Le gouvernement a donc décidé de réduire progressivement l’usage « d’au jour d’aujourd’hui » pour à terme éradiquer totalement cette expression nocive. »

Cette annonce devrait soulager une large partie des Français épuisés d’entendre régulièrement l’expression, mais il en est un qui se dit « particulièrement heureux » d’une telle décision. Lui c’est Bernard Pivot, l’ancien présentateur télé et amoureux des belles lettres exprimait sa joie sur son compte Twitter : « C’est le dénouement de 30 années de combat contre l’ignominie. Aujourd’hui je suis heureux et les grands auteurs de la langue français le sont probablement aussi. » Un message retweeté plus de 30 000 fois en deux heures à l’image de la liesse générale qui gagne la France à la suite de cette nouvelle.

La restriction d’« au jour d’aujourd’hui »  devrait donc se faire par paliers comme l’ont détaillé Aurélie Filippetti et Vincent Peillon : « Tout d’abord nous imposerons aux différents médias, que ce soit dans leurs programmes d’information ou de divertissement, l’utilisation de cette expression trois fois par mois maximum. Au bout de six mois nous passerons à une seule utilisation mensuelle. L’idéal étant d’atteindre une absence totale de recours à cette fâcheuse expression d’ici un an. »

Quant aux sanctions pour ceux qui ne respecteraient pas ce cadre, les deux ministres se sont montrées plus flous : « Nous ne voulons pas stigmatiser les Français. C’est une habitude orale profondément ancrée dont il est difficile de se débarrasser et nous en avons conscience. Mais s’il y a des fraudeurs, il est possible que ces derniers reçoivent une amende. Cette amende serait évidemment assez basse et essentiellement symbolique. »

La colère des producteurs de télé-réalité

Parmi les rares personnes à critiquer cette mesure du gouvernement, les sociétés de production de programmes de télé-réalité ont été les premières : « C’est tout simplement la perspective du chômage technique qui se profile pour nous à l’horizon. On va probablement devoir annuler plusieurs concepts qui étaient dans les tuyaux. Des gens vont se retrouver sur le carreau. C’est une attitude irresponsable de la part de François Hollande en ces temps où le chômage explose », s’indigne Alexia-Laroche Joubert, productrice chez Banijay de divers émissions comme Popstars ou Les Ch’tis.

Mais cette levée de bouclier ne devrait pas peser bien lourd face à la détermination de Jean-Marc Ayrault et de ses ministres qui s’appuient sur le soutien massif des Français. Lors de leur conférence de presse, Vincent Peillon et Aurélie Filippetti ont d’ailleurs été interrogés sur une possible suppression d’autres expressions dévastatrices comme « C’est que du bonheur » « C’est une véritable aventure humaine » ou encore « Brainstormer » et « Impacter ». Les deux ministres se sont contentés de répondre sans trop s’avancer : « Chaque chose en son temps. Mais effectivement ce sont d’autres dossiers que nous gardons en tête pour le futur. »

La Rédaction

Illustration: Flickr / Parti socialiste
Publicité
Publicité