Le déficit chômage réduit en trois jours après l’arrivée de la publicité sur le site de Pôle Emploi

27 Publié le 08/08/2013 par La Rédaction

Après plusieurs couacs ces dernières semaines, Pôle Emploi a décidé de prendre les choses en main. Profitant d’un site particulièrement populaire et très fréquenté, le gouvernement a autorisé la plate-forme à s’ouvrir à la publicité en ligne. Et c’est ainsi qu’en quelques jours, le déficit chômage a pu être presque totalement comblé.

Le site de Pôle Emploi a quelque peu changé ces derniers jours. Désormais, quand on se connecte, on est accueilli par une multitude de bannières et « pop-up » publicitaires. Une volonté du gouvernement de capitaliser sur le succès du site qui en matière d’emploi est un des plus fréquentés du pays. « Ce sont les déclarations de Pôle Emploi sur Twitter, il y a quelques jours, qui nous ont donné l’idée » explique Romain Bertrand, directeur communication et marketing de Pôle Emploi. Le site se félicitait d’être en tête des fréquentations, ce qui avait provoqué un scandale mais aussi les premiers appels de régies publicitaires, attirées par l’appât du gain.

Après un court appel d’offre, ce sont plus de 12 régies publicitaires qui ont été retenues pour les débuts de l’opération. « Nous avons voulu tester toutes les possibilités imaginables en matière de publicité en ligne. Bannière, pop-up, redirection automatique et même pré-roll, nous avons tout utilisé » se félicite Romain Bertrand. Selon lui, en moins de trois jours, le succès a été tel que plusieurs centaines de millions d’euros ont été récoltés. « C’est allé bien au-delà de nos espérances, on sait que le site de Pôle Emploi est très très fréquenté, mais on ne s’attendait pas à un tel retour sur investissement ».

Le site de Pôle Emploi dans sa version actuelle, affichant désormais de la publicité sur toutes ses pages

Passé ce cap, le site de Pôle Emploi souhaite aller plus loin, comme la mise en place d’un système de pay-wall, d’abonnement au mois ou à l’année. « Nous réfléchissons à vendre l’intégralité de nos 60 millions de fichiers mails à des sociétés de mailing, le tout pour plusieurs centaines de millions d’euros. ». Ce qui pourrait même à terme résoudre aussi l’épineux problème des retraites.

La Rédaction

Publicité
Publicité