Israël et Palestine décideront du vainqueur de leur conflit à Call of Duty Black Ops II

63 Publié le 20/08/2013 par La Rédaction

C’est une discorde vieille de plus de 60 ans qui pourrait finalement prendre fin assez vite. Alors que le 14 août dernier, les négociations israelo-palestiniennes ont repris sous la direction des Etats-Unis, les deux pays ont d’ores et déjà annoncé avoir trouvé un compromis.

Ce point d’entente n’est pas des moindres puisqu’il s’agit ni plus ni moins des modalités de sortie de crise pour les deux frères ennemis. Les négociateurs des deux nations se sont en effet mis d’accord sur la nécessité de mettre fin à ce conflit au plus vite et ils ont décidé que l’issue de cette crise se ferait par les jeux vidéo à l’occasion d’une violente partie en multi-joueurs sur Call of Duty Black Ops II. Décryptage.

Un match à mort en équipe

« Nous avons la joie et le plaisir de vous annoncer qu’une porte de sortie potentielle a semble-t-il été trouvée dans le conflit qui nous oppose à nos “frères” israéliens. » C’est par ces quelques mots que Saeb Erekat, le négociateur chargé de représenter l’autorité palestinienne a rendu publique cette incroyable nouvelle que personne n’attendait, pas même les observateurs les plus chevronnés. Le diplomate palestinien en a profité pour louer l’attitude « ouverte » dont a fait preuve son homologue côté israélien : « Ils ont su être à l’écoute et ont fait de nombreuses concessions. Leur désir d’apporter la paix dans la région semble bien réel et plus solide que par le passé. »

Tzipi Livni est la ministre de la Justice israélienne chargée des négociations pour le compte du gouvernement Netanhyahu. D’habitude peu encline aux déclarations optimistes, elle a toutefois fait part de son point de vue positif sur la situation : « Nous sommes très contents d’être parvenus à un début d’accord même si évidemment nous n’avons pas obtenu toutes les conditions que nous souhaitions au départ. Nous aurions notamment voulu disputer un match en mode « capture de drapeau » sur Xbox 360. Nos homologues palestiniens, eux, étaient plutôt partisans d’un match à mort à mort en équipe à 5 contre 5 et sur PS3 qui plus est. C’était trop pour nous. Mais dans la mesure où ils ont concédé de disputer la partie sur Xbox 360, nous avons finalement accepté le choix du match à mort en équipe afin de démontrer notre volonté réelle d’apaisement. »

L’autre acteur des négociations heureux de cet accord à la fois politique et vidéoludique c’est bien évidemment John Kerry, le secrétaire d’Etat américain qui a piloté avec énergie les discussions entre les deux pays depuis des semaines. Aujourd’hui il détaille la suite des événements qui attend Israël et Palestine : « Chacun des deux pays se laissent un mois pour sélectionner et entraîner leurs meilleurs joueurs à CoD Black Ops II. Le match qui décidera du vainqueur de ce conflit aura lieu fin septembre à Washington. Le président Obama, dans une volonté de collaboration totale, a déjà donné son accord pour transformer exceptionnellement le bureau ovale en salle de tournoi où les représentants israéliens et palestiniens pourront s’affronter en toute tranquillité. La rencontre devrait durer 2 à 3 heures à l’issue desquelles un grand gagnant sera déclaré à la fois pour cette partie en ligne mais aussi pour le différend géopolitique qui oppose les deux pays. »

Des points d’achoppement à régler

Pascal Boniface est le directeur de l’IRIS, l’Institut de relations internationales et stratégiques. Spécialiste du conflit au Proche-Orient, il décrypte pour nous ce rebondissement surprise dans les relations israélo-palestiniennes : « C’est de loin la plus grande avancée dans les négociations de paix depuis 1993. John Kerry est peut-être en train de réussir là où Clinton a échoué avec Arafat et Barak. » et l’expert de continuer : « Si les deux pays doivent passer par un dernier affrontement sanglant et virtuel pour créer un climat de paix dans la réalité, il faut saisir cette occasion. Il y aura probablement de nombreux morts par headshot (tir en pleine tête) à l’occasion de ce match à mort en équipe. Mais si c’est le prix à payer pour mettre fin à un conflit absurde, il ne faut pas hésiter. »

Le directeur de l’IRIS tient toutefois à rester prudent et à refréner tout optimisme précoce : « Attention tout de même à ne pas trop s’enflammer. Les deux pays se sont mis d’accord sur le jeu, le mode multijoueur et le type de jeu dans lequel ils s’affronteront. Mais la carte sur laquelle ils évolueront n’a pas encore été sélectionnée d’un commun accord. On sait que les Palestiniens penchent plutôt pour la map « Grind » qui met en scène un skate park à Los Angeles. Les Israéliens eux voudraient plutôt disputer leur match sur la carte « Vertigo » qui fait partie du 2e pack de contenus téléchargeables. C’est une carte assez difficile où les joueurs se retrouvent en Inde à Mumbai, au sommet d’un gratte-ciel de la Tacitus Corporation. Il faut donc qu’ils trouvent préalablement un consensus solide autour du choix de la carte, sans quoi tout espoir de paix au Proche-Orient pourrait bien s’envoler d’un coup. »

Illustration: Flickr / World Economic Forum

Publicité
Publicité