La centrale nucléaire de Tricastin fête en grande pompe son 1000ème « incident négligeable »

65 Publié le 02/09/2013 par La Rédaction

Saint-Paul-Trois-Châteaux – À la centrale nucléaire de Tricastin, dans la Drôme, c’est jour de fête. Elus locaux de tous bords, responsables associatifs, dirigeants et employés d’EDF, ils sont des centaines à s’être donné rendez-vous au pied du réacteur numéro un après l’importante fuite de liquide radioactif survenu plus tôt dans la journée.

Saint-Paul-Trois-Châteaux – À la centrale nucléaire de Tricastin, dans la Drôme, c’est jour de fête. Elus locaux de tous bords, responsables associatifs, dirigeants et employés d’EDF, ils sont des centaines à s’être donné rendez-vous au pied du réacteur numéro un après l’importante fuite de liquide radioactif survenu plus tôt dans la journée.

« Nous y sommes enfin parvenus », se réjouit Laurent Delabroy, le directeur de la centrale nucléaire. En effet, avec cette fuite, la centrale de Tricastin franchit la barre symbolique du millième incident radioactif qualifié de « négligeable » par le groupe EDF.  Un record pour cette structure construite il y a seulement 40 ans et qui passe chaque année les contrôles de sécurité haut-la-main. « C’est un véritable exploit réussi par les équipes techniques, nous n’attendions pas une fréquence si élevé d’erreurs humaines », s’est félicité son directeur.

Une fierté pour les habitants

Pour le député apparenté UMP de la Drôme, Patrick Labaune, cette réussite est le fruit d’un long travail de concertation avec les élus de la région. « Nous avons tout fait pour donner à EDF les moyens de ses ambitions  en divisant par quatre les fonds alloués à la sécurité et aux contrôles internes. » Il faut dire que la concurrence est rude entre les 19 centrales nucléaires françaises pour obtenir le label « centrale dangereuse ».

Une source de fierté pour les habitants résidant à proximité de la centrale. « On manque d’animations dans le secteur donc il faut reconnaître que ça pimente un peu notre quotidien », déclare Yvonne, directrice de l’association de quartier « Tricastin, notre centrale, votre problème ».

Une aubaine économique

De leur côté, agriculteurs et maraîchers attendent beaucoup des possibles retombés de cette fuite. La saison précédente avait déjà été exceptionnellement prolifique suite à une explosion bénigne du réacteur numéro 2. La taille moyenne des melons avait alors augmentée de 34%. Les villes aux alentours, elles aussi, comptent bien profiter de l’exposition médiatique pour encourager le tourisme à risque dans la région.

La fête a toutefois été légèrement gâchée en fin de journée par un petit groupe d’extrémiste écologistes de Greenpeace venus « dénoncer » les atteintes supposées à l’environnement et à la santé. Les forces de l’ordre, prévenues par un appel anonyme ont toutefois pu maîtriser les terroristes. Espérons que ce dérapage n’empêche pas à la centrale de Tricastin, d’obtenir une prolongation d’exploitation de 25 ans par l’Autorité de la Sécurité Nucléaire (ASN) qui doit rendre sa décision courant septembre.

La Rédaction
Illustration: WikiCommons / Prosopee
Publicité
Publicité