Vingt et un ans après une manifestation, police et syndicats se mettent enfin d’accord sur le nombre de participants

28 Publié le 02/09/2013 par La Rédaction
Manifestation à Paris

C’est une grande première dans la longue histoire des mouvements sociaux. Selon nos sources contradictoires, le ministère de l’Intérieur et les principaux syndicats du pays viendraient de mettre fin à la traditionnelle polémique autour des chiffres de fréquentation des nombreuses manifestations qui ont lieu ici et là dans l’Hexagone depuis des années. Un exploit qui ne concerne pour l’instant qu’un seul défilé et pas des moindres puisqu’il s’agit de celui qui s’est tenu le 1er mai 1992 à Paris. Décryptage.

C’est une grande première dans la longue histoire des mouvements sociaux. Selon nos sources contradictoires, le ministère de l’Intérieur et les principaux syndicats du pays viendraient de mettre fin à la traditionnelle polémique autour des chiffres de fréquentation des manifestations qui ont lieu ici et là dans l’Hexagone depuis des années. Un exploit qui ne concerne pour l’instant qu’un seul défilé et pas des moindres puisqu’il s’agit de celui qui s’est tenu le 1er mai 1992 à Paris. Décryptage.

Un consensus difficile

L’annonce s’est faite en grande pompe à l’Hôtel de Ville de la capitale. Anciens représentants syndicaux et membres du ministère de l’Intérieur de l’époque étaient tous réunis pour officialiser cette grande première. Et c’est Pierre Verbrugghe, préfet de police de Paris en poste en 1992 qui a rendu publique la nouvelle à l’occasion de cette conférence de presse : « Nos services, en collaboration avec les différents syndicats interprofessionnels, sont parvenus à un chiffre commun avec ce qui s’est avéré être une opération de comptage plus que difficile. Il semblerait donc, selon nos estimations et celles des syndicats que le nombre de manifestants présents dans les rues de Paris ce jour là ait été en réalité de 125 000 personnes, à quelques milliers près. »

Jean Kaspar était secrétaire général de la CFDT de 1988 à 1992, en charge de l’organisation syndicale au moment des faits. Il est revenu lors de cette conférence de presse sur la méthode employée par les représentants des salariés et les fonctionnaires du ministère de l’Intérieur et de la préfecture: « Au début, on a basiquement confronté nos chiffres mais ça collait pas. Aucun des deux camps ne voulait lâcher ses propres estimations. Alors on a recompté et recompté, encore et encore. Mais ça ne menait à rien on finissait toujours par avoir des écarts de 50-60 000 manifestants dans les chiffres. Alors les discussions se sont arrêtées pendant quelques années. »

Un désaccord qui aura en fait duré plus de 21 ans, le dialogue n’ayant repris qu’en février dernier comme le précise Jean Kaspar : « On a décidé de changer notre fusil d’épaule. On a arrêté de vouloir convaincre l’autre en face et chacun a essayé de prouver sa bonne foi en lâchant du terrain. Les syndicats en revoyant leurs estimations à la baisse et la police en faisant preuve de générosité en arrondissant ses propres comptes à la dizaine de milliers près. Et on a finalement réussi à trouver un terrain d’entente autour de 125 000. »

Un consensus inédit sous la Ve République alors qu’à chaque mouvement social, les deux camps se livrent inévitablement une bataille des chiffres qui commençait à en devenir ridicule. Aujourd’hui à la retraite, l’ancien préfet de Paris fait savoir sa satisfaction : « Cela montre que la police n’est pas aussi fermée qu’on l’imagine. Nous savons écouter les différents intervenants. » Pour l’ancien syndicaliste de la CFDT c’est davantage l’émotion qui règne : « Je suis tellement heureux qu’on ait réussi à trouver une sortie plus qu’honorable dans ce dossier. Je regrette juste qu’Henri Krasucki, qui dirigeait la CGT à l’époque, ne soit plus de ce monde aujourd’hui pour assister à cette grande avancée dans la lutte syndicale. »

Plus de 20 ans de manifs à rattraper

Ce terrain d’entente inespéré pourrait bien porter à conséquence dans les semaines à venir. Tant les pouvoirs publics que les organisations syndicales se sont dits prêts à renouveler la démarche pour d’autres manifestations litigieuses. Thierry Lepaon, à la tête de la CGT depuis mars dernier et présent à la conférence de presse de la mairie a d’ailleurs vivement exprimé son impatience à ce sujet : « Ce sont des centaines de manifestations qui sont à revérifier mais je crois sincèrement en la méthode adoptée pour celle du 1er mai 1992. Je crois que par l’écoute et un certain sens de la concession, nous arriverons à faire la lumière sur toutes les manifestations où la question du nombre de participants a pu susciter la polémique. »

La Rédaction

Illustration: Flickr / carac3

Publicité

28 avis éclairés

112

Karl Lactaire 03/09/2013

En revanche, impossible pour moi depuis des années de réconcilier les chiffres de mes déclarations de revenus et ceux du fisc.

Je lui déclare chaque année le débuté et le sénateur que j’ai à charge mais il refuse obstinément de m’accorder les parts fiscales correspondantes.
C’est scandaleux !

106

Karl Lactaire 03/09/2013

La Valls des chiffres, quoi !
(désolé).

117

zepata 02/09/2013

J’ai été victime d’une arrestation administrative abusive lors d’une « manifestation déguisée » dans une agence BNP-Paribas située Avenue Victor Hugo; la police prétend que « dix manifestants au moins » participaient à la marche, or j’affirme bien que j’étais seul…comme quoi, la police aussi surévalue parfois le nombre de participants aux manifs’…

116

zapiro 02/09/2013

Regardez bien la photo en-tête d’article. La femme qui accroche son vélo à l’arbre c’est Claude le travesti qui ne vient pas manifester mais essayer de pécho un CRS et on aperçoit Lucien le syndicaliste de Vibrachoc qui n’a fait, ce jour là, qu’une brève apparition à la manif. On l’a retrouvé rond comme une queue de pelle au bistrot « Le Magenta » 2 heures après le départ du cortège.

87

Leyton 02/09/2013

Si seulement on pouvait enfin interdire les manifestations de ces parasites, on réglerait ce problème parmi tant d’autres d’un seul coup. C’est toujours plus simple de détruire que de construire.
Pauvre démocratie.

100

TrustNo1 02/09/2013

C’est une honte! Il ne faut rien laisser à ces communistes de syndicats. Les estimations de la police sont les seules à être valides, je n’ai aucun respect pour les collabos qui ont participé à cette supercherie, honte à vous.

109

Franck 02/09/2013

Les relations police-syndicats devenant de plus en plus courtoises, avec un peu de chances, on arrivera bientôt à une situation où le chiffre de la police sera supérieur à celui des syndicats.

La police : « Il y avait 300 000 manifestants »

Les syndicats : « C’est très gentil à vous, mais en réalité, je vous assure, on était moins nombreux que cela. Sans doute dans les 200 000, peut-être un peu plus, mais sûrement pas 300 000. Il y avait de simples passants que vous avez dû prendre pour des manifestants. »

La police : « Si, si, je vous assure, vous vous sous-estimez. Vous étiez vraiment pas loin de 300 000, cette estimation est méritée. Il y avait des manifestants qui marchaient en bordure des boulevards mais c’étaient des manifestants quand même. »

125

Aron Mandarin LUGBY 02/09/2013

Prochaine avancée démocratique attendue: un comptage précis des députés qui bossent.

    100

    RiotBoyzzz 03/09/2013

    Tant que le comptage sera à la charge d’un député, nous n’auront, officiellement, jamais la réponse !

109

zapiro 02/09/2013

De mon côté ça fait 10 ans que j’essaie de me mettre d’accord avec mon boss. Je lui dis que je mérite 12000€/mensuel et lui pense que je n’en vaut que 2000.La méthode employée par les différents acteurs de cet accord m’intéresse. Sera-t-elle applicable au milieu du travail?

112

Eric D. 02/09/2013

Mé je kompren pa pk ils en parles kaujourdui lol

    110

    frog 02/09/2013

    Ah, le charme bucolique du langage djeuns. Si j’osais ajouter un mot, je dirais méga-lol ! Merci encore de nous avoir éclairés.

        116

        Angus M 02/09/2013

        Eric, j’aime beaucoup ce que vous faites.
        Au plaisir

          121

          Eric D. 02/09/2013

          Je vous remercie pour ces encouragements, je fais tout mon possible pour être crédible.

117

Orior 02/09/2013

Désolé pour le Gorafi, il existe une manif en 1997 où les organisateurs ont donné 99 500 et la police 100 000.
Il est vrai que des portillons automatiques avaient alors été utilisés par les organisateur. Mais le fait est qu’il y a eu un précédent homis par ce pourtant très rigoureux journal !

    111

    Orior 02/09/2013

    Errata : c’était plus tard : en 2000 je crois !

116

Jean-Pierre 02/09/2013

C’est un petit pas pour l’homme, un grand pas pour l’humanité.

103

Jean-Mouloud 02/09/2013

Je ne serai satisfait que le jour où on aura un consensus similaire entre « jeunes » et forces de l’ordre pour le décompte des voitures brûlées la nuit du Jour de l’An.

    114

    Karl Lactaire 03/09/2013

    Des voitures brûlées ? Jamais entendu parler de celà. C’est un fake ?

117

Jean-Fabien 02/09/2013

Dans la vie, il y a trois types de personnes : ceux qui savent compter et les autres.

    105

    Ginette Quonbourt 02/09/2013

    Non, en fait il y a 10 catégories de personnes : ceux qui comptent en binaire, et les autres.

voir tous les avis éclairés

Laisser un avis éclairé

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *