TRAVAIL – Le klingon plus utile professionnellement que l’espéranto

93 Publié le 26/09/2013 par La Rédaction

On connaissait l’anglais comme sésame quasi indispensable dans le monde du travail. Mais il existe d’autres langues bien moins connues et qui semblent avoir leur petit effet dans certains secteurs professionnels. Le klingon, créé à l’origine pour les besoins de la saga Star Trek, fait partie de ces langues-là.

On connaissait l’anglais comme sésame quasi indispensable dans le monde du travail. Mais il existe d’autres langues bien moins connues et qui semblent avoir leur petit effet dans certains secteurs professionnels. Le klingon, créé à l’origine pour les besoins de la saga Star Trek, fait partie de ces langues-là.

Un « plus » indéniable

L’intérêt et l’utilité croissants du klingon auprès des DRH, Olivier Burlac le constate jour après jour.  Consultant au sein du cabinet de recrutement Experteer, il témoigne : « Il y a de plus en plus de métiers où parler le klingon devient quasi indispensable. Les postes de traducteur à la NASA bien sûr, développeur de jeux vidéo ou encore animateur du Comic-Con en sont quelques exemples. »

L’expert en recrutement souligne aussi les possibilités qu’offre la maîtrise du klingon pour ceux qui souhaitent entamer une carrière de scénariste sur Star Trek, même si le nombre de postes reste assez restreint dans ce secteur précis.

Un créateur aux anges

Marc Okrand est un linguiste américain. C’est lui qui a élaboré le klingon à l’occasion du film Star Trek 3 : A la recherche de Spock. Face à ce succès inattendu de la langue dont il est le créateur, il semble toujours surpris par l’ampleur que prend d’année en année ce dialecte : « C’est toujours plaisant de voir les gens s’approprier sa création pour la faire grandir. La création d’un Institut de la langue klingonne en 1992 a été un pas important dans la démocratisation de ce savoir. » et l’universitaire de continuer : « Je suis confiant sur le fait qu’un jour le klingon deviendra aussi pratiqué que l’anglais ou l’espagnol. »

Christine François est à la tête du collège Saint Rosaire à Sarcelles dans le Val d’Oise : « Nous souhaitions offrir à nos élèves les meilleurs armes possibles pour affronter le monde du travail avec efficacité. Et dans ce cadre là, le klingon se révèle bien plus judicieux que l’espéranto. C’est pourquoi nous avons remplacé tous nos cours de latin, de grec ancien ou d’espéranto par des modules de klingon. »

L’espéranto en perte de vitesse

Cette montée en puissance de la langue de Star Trek aura notamment profité d’un certain essoufflement de l’espéranto. A l’origine voulue pour faciliter la communication entre les peuples, la langue construite par Ludwik Lejzer Zamenhof n’a jamais vraiment réussi à décoller depuis sa création à la fin du XIXe siècle.

Un manque de dynamisme que l’espéranto paye aujourd’hui face au klingon qui apparaît bien plus moderne selon Claude Hagège, linguiste et professeur au Collège de France : « Pour résumer les choses, l’espéranto c’est le passé et le klingon représente l’avenir dans l’esprit des gens. Toutes les deux sont des langues dites agglutinantes mais l’une porte en elle clairement plus d’espoir que l’autre qui apparaît comme sur le déclin et vieillotte. »

S’il y a bien une personne qui refuse de se réjouir d’un tel constat, c’est bien Olivier Clanchin. Ce chef d’entreprise breton et président de l’association Entreprise-Espéranto milite depuis des années pour une démocratisation de l’idiome construit par Zamenhof : « L’espéranto est loin d’être mort. Entre 100 000 et 10 000 000 de personnes le parlent encore aujourd’hui. On a beaucoup de mal à trouver ces gens-là mais on sait qu’ils existent. »

M. Clanchin insiste également sur l’aspect pratique bien réel du langage qu’il défend : « L’esperanto est une langue parlée dans plein d’endroits comme par exemple l’académie d’espéranto, le cercle des amis de l’espéranto ou encore les jeunesses espérantistes. »

En concurrence avec l’elfique et le Fourchelang

La domination du klingon sur l’espéranto semble donc une tendance actée depuis peu. Mais la langue de Star Trek pourrait bien se confronter à d’autres nouveaux dialectes qui émergent ici et là dans la sphère professionnelle. C’est en tout cas l’avis d’Olivier Burlac d’Experteer : « Le klingon a certes rendu totalement obsolète l’usage de l’espéranto mais d’autres langues issues d’œuvres de fiction sont en train de monter. C’est par exemple le cas de la langue elfique et du Fourchlang qui prennent de plus en plus d’importance depuis les succès au cinéma du Seigneur des Anneaux et de la saga Harry Potter. »

De nouvelles filières pourraient d’ailleurs se créer grâce à cette concurrence informelle. Même s’il s’agit encore de niches professionnelles, de plus en plus de traducteurs klingon-elfique sont recherchés par les entreprises qui souhaitent développer leur activité à l’international. A l’heure actuelle, cela ne concerne qu’une poignée de postes mais sur le long terme, ce sont des milliers d’emplois qui risquent bien d’être créés.

La Rédaction

Illustration: Istock / kzenon
Publicité
Publicité