Football : il célèbre son but en égorgeant un bébé chat

100 Publié le 06/11/2013 par La Rédaction

Que s’est-il passé dans la tête de Pepe ? Le footballeur portugais qui évolue en Espagne au Real Madrid a marqué un but il y a plusieurs jours lors d’un match amical face à une équipe argentine. Mais le joueur a visiblement dérapé quelques secondes après.

Il a dérapé quelques secondes après en assassinant de sang froid un innocent chaton, devant coéquipiers, adversaires et spectateurs, tous choqués par ce spectacle sanglant.

La brutalité a l’état pur

La vidéo date de deux semaines environ mais n’a été rendue publique sur Youtube qu’hier par un internaute, avant d’être retirée à cause de la trop grande violence qu’elle montre. Dans le film amateur d’une demi-dizaine de minutes on y voit Pepe, de son vrai nom Képler Laveran Lima Ferreira, dribbler entre les joueurs de l’équipe adverse, le Rosario Central. Le milieu défensif s’avance avec la balle jusque dans la surface de réparation et marque un but efficace mais sans grand panache. Puis c’est à cet instant que les choses dérapent.

Le buteur du Real se dirige alors vers le corner à gauche des cages. Il fait signe à un individu qui serait visiblement un complice. Ce dernier se précipite vers lui puis, au niveau des banderoles publicitaires qui encadrent le terrain, transmet au footballeur portugais un adorable chaton tigré.

Une fois le bébé chat en main, Pépé saisit une dague de type oriental qu’il cachait semble-t-il dans sa chaussette droite. Il sort la lame de son fourreau puis à bout de bras et au dessus de sa tête, il égorge violemment le jeune animal qui se débat entre spasmes et terribles miaulements. Bien que de mauvaise qualité, la vidéo laisse clairement apercevoir le sang du chaton baigner le visage du footballeur du Real Madrid qui, de son côté, hurle dans une euphorie plutôt malsaine.

Quelques secondes après, le cadavre de l’animal sur l’épaule, Pépé entreprend un tour de stade en criant au public : « C’est qui le patron ?! C’est qui le patron ? » en espagnol. Les spectateurs, médusés font silence et la voix du tueur d’animal retentit dans le stade.

Enfin, quelques instants avant la fin de la vidéo d’une violence inouïe, on voit Carlo Ancelotti, l’entraîneur du Real se diriger le visage dans les mains vers Pépé. Il attrape ensuite le joueur par l’épaule et le conduit directement dans les vestiaires en lui expliquant, semble-t-il, combien son comportement est inapproprié.

Une plainte des associations

Suite à la diffusion de ce film, plusieurs ONG de défense des animaux se sont officiellement déclarées scandalisées. Aymeric Lautret est porte-parole de l’association L-214 : « C’est ignoble. Et ce qui est encore plus ignoble, c’est que le crime de ce détraqué a été volontairement caché par la direction de son club. Pire ! L’arbitre de la rencontre n’a même pas réagi sur le moment. Pas un carton rouge, même pas un jaune… Aujourd’hui, c’est devant la justice que l’affaire doit être réglée. Nous ne resterons pas ici à ne rien faire ! »

Un esprit barbare

Alors que s’est-il passé ce soir là dans la tête de Pépé ? Cynthia Ionesco est psychiatre spécialisée dans les comportements violents : « C’est une forme de déséquilibre psychique rare mais qui peut arriver chez les individus qui évoluent dans des cadres ou des milieux que l’on pourrait qualifier de guerrier. Ce que ce joueur a fait est très proche des rites barbares qu’accomplissaient les vainqueurs d’une bataille dans les temps anciens. Après tout, il y a dans le sport moderne une part de lutte symbolique indéniable.»

Cynthia Ionesco revient ensuite sur un autre événement semblable qui s’est déroulé en 1997 : « Il y a 16 ans, une affaire similaire avait eu lieu. Après un set victorieux, un joueur de tennis s’en était pris à son adversaire et avait ouvert sa poitrine à coups de raquette pour ensuite dévorer son cœur. » Et la psychiatre de préconiser : « Si nous voulons que ce genre d’incident arrête de se reproduire, il serait judicieux de redéfinir le cadre moral et intellectuel des compétitions sportives actuelles. »

Illsutration: Wikicommons / Jan S0l0/ & iStock / funebre

Publicité
Publicité